Jean-Michel Dallard répond à son concurrent aux élections municipales.

« Après des attaques sur notre orientation trop sociale, puis sur mon statut de chef d’entreprise, la tête de liste adverse nous annonce, dans une interview dans un quotidien régional, avoir repeint en vert son programme de bétonnage pour mieux faire passer la pilule et déclare que nous serions “ceux qui prônent le “comme avant”, ceux qui laisseraient notre commune s’endormir plus profondément “, non, clairement soyons sérieux, ce n’est pas notre liste dont le programme risque de faire de Longages une ville dortoir.

Les Longagiens savent lire entre les lignes. Accélérer l’urbanisation sur des zones vertes, quitte à sacrifier la biodiversité, le cadre de vie des habitants pour un projet de grande ampleur avec plus de 80% de zones résidentielles, cela s’appelle de l’urbanisation galopante.

C’est une fuite en avant, car les logements en amènent d’autres.

C’est augmenter encore le nombre d’habitants et de familles à Longages mais sans préparer leur arrivée.

Certes c’est aussi perdre un peu le charme de la commune. Mais entre autres défauts c’est mettre une grosse pression sur les infrastructures, les services de la commune et surtout sur le groupe scolaire qui même un peu agrandi comme proposé par la liste adverse serait sans aucun doute trop petit en 2030. Il ne pourra plus être étendu puisque tous les terrains avoisinants auront déjà été vendus à des promoteurs.  Il faudra donc prévoir de le déplacer?

Envisagent-ils d’en construire un second? Avec quel budget? Une autre vente de terrains? Une hausse des impôts? Avoir de grandes ambitions c’est très bien, mais il faut penser à long terme.

Et même sans parler de 2030, nous avons estimé le coût du programme adverse , celui-ci nous apparaît exorbitant et ne pouvant être financé qu’avec des hausses d’impôts, ce qui est d’autant plus inquiétant vu que la fiscalité n’est jamais abordée dans leur communication.

De notre côté ce point tout est clair nous nous engageons à ne pas augmenter la fiscalité locale.

Et bien sûr que notre liste souhaite accueillir de nouveaux Longagiens, mais nous souhaitons qu’ils soient heureux d’y arriver et d’y vivre, pas seulement d’y dormir dans de grands ensembles sécurisés par des caméras, c’est tout l’enjeu de notre programme, qui est à disposition sur Internet et qui sera distribué les jours prochains.

Nous souhaitons d’abord faire mieux vivre celles et ceux qui y résident déjà, sécuriser avec des moyens humains, dynamiser l’économie et créer de l’emploi, de la culture, redémarrer le cœur du village et le vivre ensemble, pour à long terme ne pas devenir une banlieue résidentielle mais une petite ville où il fait bon vivre, vieillir et grandir.

Bref, un dernier point, oui notre projet est très différent de celui de nos adversaires, sachant que nos idées ne doivent être plutôt bonnes car comme nous l’avions envisagé lors de notre première réunion publique un bon nombre de celles-ci se retrouvent désormais dans le programme concurrent, même si cela se voit un peu, avec par exemple notre idée de restaurant éphémère guinguette qui se retrouverait sur leurs schémas coincé entre les ateliers municipaux et des zones résidentielles ».