La nouvelle circulait sur Facebook depuis quelques temps avec son lot de contre-vérités, psychoses dues au coronavirus et un ensemble d’informations qui n’étaient pas recoupées relevant plus de la rumeur que d’une certitude. La rédaction de Petite République.com a donc voulu s’assurer de la réalité de ce dossier.

Après enquête, il s’avère qu’effectivement un groupe de 60 ouvriers de nationalité chinoise est sur le point de s’installer au foyer intercommunal de Latrape situé dans le territoire du Volvestre pour une période de 18 mois environ. Leur entreprise a remporté un marché public pour la construction de fours au cimenterie Lafarge de Martres Tolosane.

Nous avons rencontré Jean Marc Esquirol, président du Sivom des plaines et côteaux du Vovestre propriétaire exploitant du foyer de Latrape.

Monsieur le Président, pourquoi ce bâtiment ?

Au 31 décembre 2019, le site du foyer de Latrape a officiellement fermé ses portes. Des emprunts sont encore en cours et des contraintes d’investissement pour des remises aux normes d’accessibilité étant obligatoire, il fallait trouver une solution pour pérenniser l’utilisation du bâtiment sur le long terme. C’est pour cela que la collectivité a décidé de faire des investissements pour mettre l’édifice hors d’eau et hors d’air. Nous avons donc revu la toiture, les menuiseries, la façade.

Comment des chinois arrivent-ils donc à Latrape ?

Dans l’attente de ce long terme nous avons eu une opportunité d’occupation du bâtiment par la location annuelle d’un groupe d’ouvriers d’une entreprise chinoise ayant eu le marché de la cimenterie Lafarge. Il est important de préciser que cette décision a été prise avant l’arrivée de la problématique du coronavirus.

Y a-t-il toutes les assurances qu’il n’existe aucun risque pour la population locale ?

Il est à noter à ce propos que contrairement aux fausses informations qui commencent à circuler sur les réseaux sociaux, toutes les précautions ont bien entendu été prises. Un certain nombre d’entre eux sont déjà en France depuis de nombreux mois et logent même dans le Volvestre. Pour les autres, il est prévu un groupe total et définitif de 60 ouvriers. Les premiers devraient arriver dès la mi-mars si les travaux de remise aux normes sécurité incendie sont terminés à temps. Pour ceux qui arriveront de Chine, ils seront d’abord soumis à l’autorisation des autorités chinoises pour leurs sortie de leur pays. Des leurs entrées en France, ils seront mis obligatoirement en quatorzaine et soumis à des tests stricts pour vérifier qu’ils ne sont pas porteur du virus.. Aucun de ces ouvriers n’arrivera à Latrape sans avoir subi l’ensemble de ces vérifications sanitaires. Il n’y a donc aucun risque pour la population locale. Avec humour je pourrai dire que la seule crainte serait qu’eux même soient contaminés par des ressortissants français au cours de leurs déplacements privés ou professionnels.

La population locale et les autorités sont-elles informées de ce projet ?

Bien entendu le maire de la commune de Latrape a été immédiatement avisé et il est tenu au courant de la situation. Toutes les autorités administratives et sanitaires sont également prévenues. Ils n’arrivent pas comme des clandestins et de plus tout est soumis à autorisation. Selon la situation qui s’aggraverait en France, les autorités pourraient mettre leur véto et tout annuler en ce qui concerne ce projet. Le Sivom se soumettra bien entendu aux décisions prises. Pour l’instant, le projet continue sans aucun restriction.