Le projet METHA 31210 concernant la construction d’un méthaniseur à la limite des communes de Ponlat et Franquevielle, mobilise une population en colère. Colère et peur sont intimement mêlées.

METHA 31210 impactera essentiellement les villages de Fanquevielle, Les Tourreilles, Loudet, Spéhis, Clarac et Ponlat Taillebourg. Les odeurs ne s’arrêtent pas à la frontière de ces communes et arroseront, selon les vents et leur puissance, d’autres villages. En plus des odeurs, pollution des cours d’eau, risque d’explosions, etc.

L’historique :

Sous l’impulsion de quelques riverains, est née l’association Bien Vivre en Pays Commingeois (siège social : 13, chemin de la chapelle 31210 Ponlat Taillebourg 06 08 80 57 06 / Bien.vivre.en.pays.commingeois@gmail.com). Depuis, souffle  un vent de révolte qui balaye  les villages de Franquevielle, Loudet, Les Tourreilles, Ponlat Taillebourg, Spéhis et Clarac.

Présidente : Valérie Marsac Piquemal –  Vice-président : Jérôme Batmalle –  Secrétaire : Jean-Loup Gormand –  Trésorier : Patrick Piquemal.

A ce jour, l’association est forte d’une centaine de membres. Les soutiens  sont nombreux mais pas encore réellement comptabilisés. Plus de 3500 suiveurs sur la page Facebook.

L’association trouve ses origines à la fin de l’automne 2019, quand M. Beaufils, éleveur à Ponlat, présente au Conseil Municipal (vote contre le projet), METHA 31210.  Ce projet de méthanisation, ancien, est réactivé, porté  aujourd’hui  par dix éleveurs du Comminges. Sa localisation est prévue sur la route de Ponlat / Franquevielle. Les statuts de METHA 31210 sont déposés.

Les actions :

Depuis, deux réunions publiques se sont tenues. La première le 24 janvier (www.petiterepublique.com/2020/01/26/ponlat-taillebourg-methanisation-reunion-publique/?fbclid=IwAR0gzZSzRnt-GQ7HNsxc4twceCfWe6T2DaonUar_uwFyg61h-GdiBaDOapQ).

La seconde se tenait ce vendredi 21 février à la salle des fêtes de Ponlat et réunissait quelques 150 villageois des premières communes concernées où quelques 1.500 tracts ont été distribués. La présidente fait une présentation rapide de l’association et du projet avant de passer la parole à Jean-Loup Gormand. Celui-ci fait une présentation  très détaillée et documentée à l’aide d’un PowerPoint (we.tl/t-grKiZPnywA).

« Nous ne sommes pas contre les agriculteurs », martèlent de concert Jean-Loup Gormand et Virginie Nicolas, maire de Franquevielle. « Ils souffrent, ils ont besoin d’aide, mais ces projets de méthaniseurs sont des leurres pour eux. On leur fait miroiter des retombées financières, ce n’est pas le cas car les investissements sont très importants. »

Les soutiens de la méthanisation :

Dans la salle, deux soutiens du projet METHA 31210, mais aucun des deux n’a souhaité prendre la parole. « Nous avons voulu voir le projet, mais c’est l’omerta la plus totale. Rien n’est divulgué », affirme le secrétaire de l’association.

On apprend ainsi que la Région, le PETR et la communauté de communes Cœur et coteaux du Comminges sont favorables au projet et qu’il pourrait se construire quatre méthaniseurs en Comminges, subventionnés.

Jean-Loup Gormand insiste sur l’urgence de la mobilisation et des actions. Car il faut savoir qu’un tel projet ne requiert pas de permis de construire mais une simple déclaration en préfecture.

Questions / Réponses :

A la fin de l’exposé, de nombreuses questions et des témoignages. Le public apprend qu’à Gramat dans le Lot, un méthaniseur rend la vie impossible aux riverains « qui ne peuvent plus manger dehors. Qui veulent vendre, mais les agences ne se déplacent même plus. »

Une autre personne suggère d’aller voir Carole Delga à Martres Tolosane pour lui demander si elle serait d’accord pour l’installation d’un méthaniseur dans sa commune.

Un jeune propriétaire riverain du projet qui a obtenu son permis de construire en décembre 2019 exprime sa colère.

En résumé, beaucoup d’inquiétude, de peur, de colère de la part de la population qui voit dans ce projet l’atteinte à leur vie campagnarde et bucolique.

L’association demain :

Le secrétaire l’a rappelé à plusieurs reprises : la pression médiatique. « Nous avons besoin d’être relayés par les médias. Outre la presse Commingeoise, FR3 et France Bleue ont ou vont diffuser images et interviews.

D’autres actions : Panneautage – Manifestations – Réunions d’information dans les différentes localités concernées – Suivre, autant que possible, l’évolution du dossier METHA 31210 dans les procédures administratives pour être en mesure d’opposition – Tenter d’avoir un contact constructif avec les porteurs de projet METHA 31210.

Un site Internet est en cours d’élaboration sur le modèle https://metha46.wordpress.com/