Vendredi 31 janvier, dans le cadre de la “Journée mondiale des zones humides” , Pascal Boureau, président de Haute-Garonne Environnement, est venu inaugurer un nouveau panneau pédagogique .

Les officiels:

La cérémonie s’est déroulée  en présence de Maryse Vézat-Baronia, première vice présidente du Conseil Départemental.

Pour la  commune de Carbonne étaient présents : Josiane Libérati Montané, Jean Cot, Michel Doretet Sébastien Ho.

L’association de pêche de Carbonne était également représentée.

Marc Senouque, président de l’association Nature en Occitanie, faisait partie des invités.

Un panneau pédagogique:

Ce panneau, intitulé “Les zones humides des milieux à préserver !”, présente l’intérêt des zones humides et pourquoi il faut les préserver.

À Carbonne, la zone humide est constituée de bancs de galets, d’un rideau d’arbres composés de saules blancs et de peupliers noirs, ainsi que de friches de plantes exotiques.

Un circuit initiatique:

Ce panneau pédagogique fait partie de l’exposition “Au fils de l’eau” implantée sur les 2 itinéraires aménagés par le Conseil départemental.

Ces circuits mettent en valeur le patrimoine naturel de la Haute-Garonne et sa préservation, à travers la Garonne:

-Via Garona, chemin pédestre labellisé GR  qui relie le centre de Toulouse jusqu’au village de Saint-Bertrand-de-Comminges et longe la Garonne sur 170 km.

-Trans-Garona, piste cyclable de 107 km de long, réalisée à ce jour entre Marquefave et Fronsac et qui à terme reliera Toulouse aux sources de la Garonne.

Il s’agit du quatrième panneau pédagogique mettant en lumière 4 sites naturels Haut-Garonnais : Noé, Pointis-de-Rivière, Fronsac et Carbonne.

 

Josiane Libérati remerciait les personnes qui ont contribué à ce projet.  Elle laissait la parole au président de Haute-Garonne Environnement.

« La Haute-Garonne est dotée d’un patrimoine naturel riche qui nécessite d’être à la fois protégé et valorisé. Haute-Garonne Environnement s’y emploie pleinement, avec des outils pédagogiques qui permettent à chacun d’agir pour la planète » déclarait Pascal Boureau.