Une page se tourne au village en ce samedi 25 janvier. Ou plutôt se tournera lors des prochaines municipales. En effet, l’emblématique maire depuis 37 ans, Armand Entajan, a décidé de ne pas se représenter pour un nouveau mandat.

Lui qui a été de tous les combats, qui a défendu bec et ongles son village, « qui rentrait par la fenêtre lorsqu’on le mettait à la porte », comme le disait un sénateur, se retire pour vivre des jours paisibles avec sa compagne Simone.

Armand présentait donc ses vœux à la population samedi 25 janvier. Eric Miquel et Geneviève Caperan-Lorenzi, respectivement maires de Montréjeau et de Bordes de Rivière  y assistaient, tout comme Céline Laurenties, conseillère départementale, « qu’il faut que vous gardiez, elle est efficace ».

« J’ai du caractère, j’ai du cœur, je dis ce que je pense. J’espère avoir été à la hauteur et avoir répondu à vos attentes », commence-t-il.

Il a une pensée pour les maires qui l’ont précédé, les anciens conseillers et adjoints, tout comme pour son conseil municipal actuel qu’il remercie pour son travail.

« Nous avons fait du bon travail : l’éclairage public passé en LED, permettant de substantielles économies, la rénovation des logements communaux et plus récemment la rénovation de l’école. Sans oublier la centrale photovoltaïque dont la seconde tranche est actée. »

Il parle longuement de l’ancienne communauté de communes, « les temps sont plus difficiles avec la nouvelle, trop importante. « Et de prôner les communes nouvelles, « c’est une obligation de se regrouper. » Il rend hommage à Eric Miquel avec qui il a travaillé durant treize ans.

Il remercie pour leur travail les agents communaux et pour leurs engagements les différentes associations de la commune.

Il fait un point de l’état civil avec en 2019 trois décès, trois naissances et trois mariages. Il salue la venue de nouveaux habitants.

Il laisse ensuite « les consignes » aux futurs élus. « A vous de continuer ». C’est Bernard Malet, conseiller municipal, qui conduira une liste, qui à ce jour est quasiment complète. « Il faut travailler pour l’intérêt de la commune, mais avec vous, je peux m’en aller tranquille. »

C’est une standing ovation qui clôture son discours et beaucoup d’émotion lorsque ses conseillers viennent le congratuler. « Vous avez sacrifié votre vie privée au profit de la vie de maire », indique son premier adjoint. « Il faudra cravacher pour être à la hauteur. »

« Le métier de maire est de plus en plus difficile », lâche la conseillère départementale. « Grâce à ton caractère bien trempé, tu as su mener tes projets au bout. »

Tous se sont retrouvés ensuite pour partager le verre de l’amitié.