Bonnie and Clyde

Certaines aventures amoureuses où l’influence serait mauvaise conseillère peuvent découler sur une volonté de glisser dans des actes répréhensibles.  Elles ne font pas toujours bonne fortune. C’est l’histoire qui est arrivée à ce jeune couple qui tels Bonnie Parker et Clyde Barrow ont franchi la ligne blanche avec pour conséquence une comparution immédiate devant le tribunal correctionnel.

Romance amoureuse et stupéfiants

Quelques mois avant les faits *Julien, 25 ans, titulaire d’un BEP de comptabilité, qui vit habituellement chez ses parents rencontre *Marie, 28 ans. Cette dernière, titulaire d’un CAP maintenance hygiène, mère de deux enfants placés, traverse une période d’errance. Tous deux n’exercent aucune activité professionnelle. La journée se passe entre romance amoureuse et consommation de stupéfiants. Marie sans ressources erre d’hôtel en hôtel. Les nuitées sont réglées par le produit de deal de stupéfiants. Les deux tourtereaux prennent une chambre dans un hôtel Saint-Gaudinois, pour la nuit du 10 au 11 décembre dernier. Dans la nuit, Julien reçoit un coup de téléphone d’un fournisseur qui lui réclame 500€ .

Vol du tiroir caisse

Tels Bonnie and Clyde, le couple doit trouver de l’argent. Ils quittent leur chambre à la recherche de subsides, pénètrent dans la pièce où se trouve le tiroir caisse qu’ils forcent à l’aide d’un tournevis. 88€ sont dérobés. Ils retournent ensuite dans leur chambre. Au matin, la gérante se rend compte du larcin. Elle dépose plainte et informe les enquêteurs que ses soupçons se portent sur le couple. Et pour cause, ils étaient les seuls clients de l’hôtel. Les policiers investissent les lieux, interpellent le couple qui reconnaît les faits. Au cours des perquisitions, ils découvrent la somme de 88 € cachée dans la poche du blouson de Julien et divers produits stupéfiants pour un valeur de 400 € dissimulés dans le sac de Marie. La somme d’argent est restituée. C’est dans le box en comparution immédiate que sont traduits les deux mis en cause.

Une dette de stupéfiants

Julien précise qu’il voulait aider Marie. Celle ci regrette les actes commis : “On devait trouver de l’argent pour régler l’hôtel, et régler la dette de stupéfiants”. Elle souhaite sortir de cette spirale négative, retrouver une activité pour récupérer ses enfants. La substitut du procureur évoque un couple atypique qui évolue en pleine misère sociale : “Leur rencontre n’est pas de bonne augure. Elle, en pleine détresse mais qui veut s’en sortir, lui, déjà condamné à sept reprises ayant une influence négative. Il faut les éloigner l’un de l’autre pour stopper toute activité délinquante”, conclut la représentante du ministère public qui requiert entre autre l’interdiction au couple d’entrer en contact.

Des cadeaux pour le Noël des enfants

Maître Marie Sannou, conseil des deux prévenus revient sur l’aide de Julien à Marie pour trouver de l’argent pour survire, régler le passif mais aussi pour acheter des cadeaux de Noël à ses enfants. L’avocate insiste sur la volonté de se réinsérer de Marie séparée de ses enfants dont le père est incarcéré suite à des violences envers Marie. Elle demande une application bienveillante de la loi pénale. Le tribunal se retire pour délibérer.

Sursis avec mise à l’épreuve de 2 ans

Julien est condamné à 8 mois de prison assortis d’un sursis mise à l’épreuve (SME) de 2 ans comportant une obligation de travail, de soins, de fixer sa résidence chez ses parents. Marie écope de 4 mois de prison avec un SME de 2 ans comportant une obligation de soins et de travail. Chacun devra régler 127€ de frais de procédure.
C’est plein de bonnes résolution que le couple prend acte de la condamnation qui met fin à cet idylle hasardeux.