Instable psychologiquement.

Arnaud, 26 ans, reconnu par les experts psychiatriques antisocial, poli-toxicomane, instable psychologiquement est bien connu des habitants d’Aspet pour ses frasques délirantes. Hospitalisé à plus de dix reprises en psychiatrie, au delà de cette pathologie, de part un nombre important de faits délictueux, il inquiète son entourage. Jusqu’où ira-t-il ?

Il s’arme d’un couteau.

Le 25 juillet 2019 vers 19h15, les gendarmes sont appelés pour un individu excité sur la place du village. Arnaud a consommé de l’alcool. Il écoute de la musique à forte intensité, sous le porche de la mairie près du bar « Le Cagire ». Un serveur l’invite à réduire le volume. L’échange se passe mal. Arnaud quitte les lieux et revient prêt à en découdre avec un couteau de cuisine avec lequel il menace les gérants du bar : “Je ne vous respecte plus. Je vais vous planter, je vais vous étriper. Je vais faire de vous des brochettes”, menace-t-il. Un client intervient un tabouret à la main pour repousser l’assaillant. A coups de tabourets, il fait chuter Arnaud qui perd son arme. Furieux celui ci se relève et sort un deuxième couteau dissimulé dans la poche arrière de son pantalon. Repoussé une nouvelle fois, il prend la fuite. Dans un premier temps, il cherche à récupérer une arme à feu auprès d’un ami. Fort heureusement sa quête d’une escalade gravissime dans les faits échoue et évite ce qui aurait pu être un drame.

Pompier menacé.

Arrivé à son domicile, Arnaud qui avait  consommé pas moins de huit bières trébuche dans la cage de l’escalier et se blesse. Pompiers et gendarmes interviennent; les premiers pour des soins suivis d’une conduite à l’hôpital de Saint-Gaudens, puis de Lannemezan , les seconds l’interpellent suite aux menaces avec arme. Un des pompiers qu’ Arnaud connaît de vue est insulté, et menacé ainsi que ses enfants. Arnaud lui crache dessus et insiste: “Je connais tes enfants je vais les choper et les crever”.

Des victimes choquées.

A la barre du tribunal, le pompier explique être choqué et ne pas comprendre cette violence gratuite et se montre particulièrement perturbé quant au risque pour ses enfants.
Puis vient le tour du gérant du bar et de son épouse qui face aux magistrats, saluent l’extrême sang froid et le courage de ce client qui a su maîtriser une situation délirante qui aurait pu dégénérer. Eux également ont eu très peur. Ils sont traumatisés par ces scènes démentielles. Maître Lévi, du barreau de Toulouse au soutien du couple est catégorique: “Il se fait passer pour un fou mais selon les médecins, il ne l’est pas, par contre il est dangereux. Il sème la terreur et doit être sanctionné lourdement”.

Interdiction de séjour requise.

Maître Bonstaim, du barreau Toulouse, conseil des pompiers, se déclare être le porte parole des habitants d’Aspet. Il va plus loin et à l’unisson les deux avocats sollicitent “une interdiction de séjour pour la quiétude de la population “. La substitut du procureur revient sur les dix condamnations qui garnissent un casier fourni. Elle déplore son absence au tribunal. Arnaud s’est fait hospitaliser la veille de l’audience: “C’est un manipulateur à neutraliser qui abuse du système social”, poursuit la représentante du ministère public: “Il considère que la société doit le soigner, lui procurer des produits de substitution pour la drogue, lui trouver un travail et un logement. Au nom du parquet, elle requiert une peine mixte, mais se déclare gênée sur l’interdiction de séjour.

1 an ferme.

Après délibéré, le prévenu écope de 18 mois de prison dont 6 mois assortis d’un sursis mise à l’épreuve de 3 ans comportant une obligation de soins, de travail et d’indemnisation des victimes. Il devra régler 1600€ au couple et 1000€ pour frais d’avocat ; 800 € au pompier victime et 1€ symbolique à l’institution des pompiers. Il se voit prononcer une interdiction d’entrer en contact avec les victimes et de détenir des armes. Le tribunal ne prononce pas l’interdiction de séjour.