Jean Luc Blanchard vient d’être décoré de la médaille d’argent du tourisme par Didier Cujives président du comité départemental du tourisme. Un récompense bien méritée qui vient récompenser des années d’un dur labeur et d’une persévérance à toute épreuve. Quand la passion vous tient !

Situé à 50 km de Toulouse, dans un écrin boisé de 9 ha, l’archéosite gaulois de Saint Julien sur Garonne fait partie des sites touristiques les plus visités de la Haute Garonne avec ses 40000 visiteurs annuel. Ce village, grandeur nature, unique en Europe a été reconstitué avec une rigueur scientifique et historique indéniable. En bord de Garonne, on y découvre la vie quotidienne de ces Gaulois du sud Toulousain, les Volques Tectosages.

Lorsqu’on se promène dans ce lieu exceptionnel, on a du mal à imaginer qu’il est né de l’imagination d’un homme atypique qui n’avait pour seule arme que la passion d’un projet dont il était persuadé qu’il serait une grande réussite. Il a eu raison, parfois seul contre tous, et au prix de tellement de difficultés et de sacrifices.

Pris pour un fou ou un hurluberlu pour quelques uns, pour un doux rêveur pour les autres, quasiment personne n’a cru à ce projet hors norme. C’est dire la hargne, la détermination, la patience qu’il a fallu à Jean Luc Blanchard pour mener à bien cette opération. Muni de sa maquette, il a frappé à des centaines de portes qui se sont toutes refermées avec son lot de moquerie, d’hypocrisie mondaine, de condescendance détestable jusqu’à ce que l’une d’elle s’ouvre avec bienveillance. Une vision de l’avenir et le projet pouvait débuter sur un terrain mis à disposition par le Sivom de Rieux Volvestre.

Imaginée en 1993, la construction du Village Gaulois a demandé plusieurs années de travail à une équipe variant de 2 à 5 personnes. De la recherche des données scientifiques et archéologiques ; de la culture des champs à la moisson du seigle, de sa transformation en chaume ; de la coupe des arbres à la réalisation des charpentes ; de la terre au torchis, tout a été pensé, dessiné, cultivé, ramassé, coupé, scié, assemblé, pétri, étalé par la seule équipe de l’Archéosite Gaulois.

C’est donc l’esprit rempli de cette aventure humaine hors du commun dont l’histoire ne retiendra que la vision de la réussite que Jean Luc Blanchard a reçu dans l’enceinte même de son village gaulois la médaille d’argent du tourisme des mains de Didier Cujives président du comité départemental du tourisme agissant au nom du Ministre de l’Europe et des affaires étrangères. Un parterre d’amis, de partenaires, d’élus et d’institutionnels, dont la première vice présidente du département Maryse Vezat, étaient venus honorer de leur présence la remise de cette médaille.

« Je suis très honoré d’avoir reçu cette distinction, la médaille d’argent du tourisme qui récompense presque 40 ans de développement d’activités touristiques. Je remercie bien évidemment tout le monde, mes collègues, mes amis, tous les artisans, tous les guides qui ont fait que ce projet extravagant existe et est désormais un site touristique majeur de la Haute-Garonne et d’Occitanie.

Si notre mission pédagogique et scientifique est évidente, le tourisme est évidemment le facteur clé de notre réussite. »

 

Un cocktail dinatoire venait clôturer cette cérémonie haute en couleurs