Lors du dernier conseil municipal, une délibération portait sur la dénomination de nouvelles voies et du vélodrome.

Après un échange âpre avec la conseillère Annie Salvador, qui a vu le mois dernier sa délégation retirée pour s’être opposée à la modification du vélodrome, les rues suivantes ont pris pour nom : Le lotissement de 5 lots à l’entrée d’Estantens s’appellera « Impasse Manon Roland », le groupe d’habitations sis 15 boulevard Isidro Caldéron portera le nom de « Rue du 21 juillet 1969 », la partie ouest du chemin de la pyramide, à l’entrée nord de la ville sera dénommée « Rue Carlos et Smith ». Quant au vélodrome, il rendra hommage à un grand champion puisqu’il sera baptisé « Vélodrome Raymond Poulidor ».

L’impasse Manon Roland rend hommage à une figure de la révolution française puisque, née Jeanne Marie Phlipon le 17 mars 1754 à Paris et guillotinée dans la même ville le 8 novembre 1793, elle était une salonnière et personnalité politique française. Elle fut une des figures de la Révolution française et joua un rôle majeur au sein du parti girondin. Elle poussa son mari, Jean-Marie Roland de La Platière, au premier plan de la vie politique de 1791 à 1793.

La « Rue du 21 juillet 1969 » rappelle le premier pas sur la lune par Neil Amstrong et Buzz Aldrin.

Quant à « Carlos et Smith », ce sont les deux athlètes noirs américains, John Carlos et Tommie Smith, qui protestèrent lors des J.O. de 1968 à Mexico contre la ségrégation raciale aux États-Unis en baissant la tête et en pointant, lors de l’hymne américain, leur poing ganté de noir vers le ciel, sur le podium de la remise des médailles.

Concernant Raymond Poulidor, que tout le monde admirait, il est bon de rappeler qu’il ne fut pas qu’un éternel second. Il détient le record du nombre de podiums sur la grande boucle (huit) : trois fois classé deuxième (1964, 1965, 1974) et cinq fois troisième (1962, 1966, 1969, 1972, 1976). Par ailleurs, il remporte sept victoires d’étapes sans avoir endossé un jour le maillot jaune de leader du classement. Vainqueur de 189 courses dont Milan-San Remo en 1961, la Flèche wallonne en 1963, le Tour d’Espagne en 1964, le Grand Prix des Nations, il est lauréat du Super Prestige Pernod en 1964. Puncheur de très haute lignée, très bon rouleur, il a gagné sur tous les terrains.