« Ascensionner, sentir, écrire, trois mots qui résument parfaitement le documentaire de Jean-Michel Jorda.

« Je sillonne les montagnes du monde, grimpant patiemment vers la très haute altitude. Attentif à la vie, aux autres, à l’Histoire, mes aventures deviennent des films. »

Le documentaire « Pyrénéistes », projeté devant près de 130 personnes samedi soir 14 décembre au cinéma Les Variétés, est très bien résumé par la citation de son réalisateur Jean-Michel Jorda sur la page d’accueil de son site : https://www.jeanmicheljorda.fr/

Real’ventutrier », comme il se définit lui-même, il est né à Elne près de Perpignan, qu’il quitte à l’âge de 5 ans pour les Alpes où il vit actuellement.

« Il aime les gens qui racontent leurs territoires. Il tente à travers ses documentaires d’être un lien pour les mettre en lumière. »

Il parcourt le monde, des Alpes à l’Himalaya, du Pérou au Tibet. Sa dernière aventure dans l’Himalaya il y a environ trois ans, a failli mal se terminer pour lui puisqu’il a failli y laisser sa vie.

De retour en France, il décide de découvrir ses montagnes natales qu’il ne connaît pas. Le Canigou en pays catalan sera le premier sommet gravi. S’enchaîneront  le Carlit, le Valier, la Pique d’Estats, l’Aneto, etc. Ces ascensions choisies, il les fera de février à octobre 2019 avec son fils Maxime, son amie (qu’il a rencontrée dans l’Himalaya à quelques 6500m d’altitude),  et une équipe de tournage. Tous les sommets ont été gravis trois fois chacun et magnifiés par des prises de vues par des drones.

Ceci pour la partie sportive. Mais parcourir la montagne sans parler de son histoire et des gens qui y vivent serait pour lui réducteur.

Et lorsqu’on parle des Pyrénées, un nom vient en tête : le comte Henry Russell. Il contacte son arrière petite nièce, Monique Dollin du Fresnel, historienne et romancière qui intervient dans le film à plusieurs reprises pour parler de son aïeul ou démentir certains bruits comme le fait que Russell aurait fait monter un piano dans une de ses grottes aménagées. https://www.babelio.com/auteur/Monique-Dollin-Du-Fresnel/185740

David Penin, chargé de mission culture et patrimoine au sein de Parc national des Pyrénées intervient et parle de rapport artistique à la nature. http://www.pyrenees-parcnational.fr/fr

Jep Montoya, humaniste et pyrénéiste, président de l’institut des études aranèses, association pour la régularisation de la langue occitane parle lui d’esprit pyrénéen. Il affirme que sans le thermalisme, il n’y aurait pas eu de pyrénéisme. https://www.pyreneistes.com/jep-de-montoya

Jean-Christophe Sanchez, président de la société Ramond et membre de la Société des études du Comminges. https://www.pyreneistes.com/jean-christophe-sanchez

Bref, que du beau monde pour un public conquis. Toutes ces « pointures » présentes ont répondu avec simplicité et avec force de détails aux nombreuses questions des spectateurs.

Une superbe soirée à mettre à l’actif des bénévoles du cinéma associatif les Variétés, que Jean-Michel Jorda n’a pas manqué de faire applaudir en la personne en charge de la programmation, Daniel Feydy, présent. http://cinemalesvarietes.com/

A noter que le DVD du film est à la vente sur le site du réalisateur.