En présence des habitants de la commune venus découvrir leur église restaurée, la municipalité de Bérat organisait une cérémonie d’inauguration dans le cadre de l’achèvement des travaux. En effet, depuis 2015 un vaste chantier a permis de redonner à l’église Saint Pierre une nouvelle jeunesse. Le bâtiment avait souffert avec le temps et présentait même des risques notamment aux niveaux des chapelles. Le maire de la commune précisait que dès 2008, la question d’engager des réparations s’est posée et qu’en 2012 un premier état des lieux avait été fait pour évaluer le coût de l’opération.

Au final, la commune a investi plus d’un million d’euros financé en partie par le Département de la Haute-Garonne. Paul-Marie Blanc a chaleureusement remercié son président Georges Méric ainsi que Sandrine Baylac, conseillère du canton. Il a également souligné le soutien de tous les élus du conseil municipal qui ont porté ce projet de même que les habitants qui ont voulu faire un don pour l’église. Plusieurs associations avaient parallèlement organisé des manifestations pour apporter leur pierre à l’édifice.

L’architecte Virginie Lugol a présenté les travaux qui ont consisté à arrêter l’humidité présente dans les murs avec la création de drains intérieurs et extérieurs. Pour autant, les traces encore présentes et visibles nécessiteront du temps pour disparaître. Elle a salué le suivi du chantier assuré par M Large, adjoint au maire et l’implication de la municipalité dans la préservation de son patrimoine communal. L’église Saint Pierre de Bérat présente des caractéristiques uniques qui en font un bâtiment remarquable dans la région. Le mariage de Bernard IV comte de Comminges avec Béatrix de Lomagnes y fut célébré en 1194 attestant que l’édifice était à l’époque un des plus grands des alentours. On note aussi dans les archives qu’au XIXème siècle une souscription avait été organisée pour réaliser des travaux de surélévation tandis que les vitraux été confié aux maîtres verriers qui venaient de réaliser la cathédrale Saint Etienne de Toulouse. La souscription des gros propriétaires de Bérat a été faite pour la construction du clocher en 1850. La surélévation venant plus tard.

Des réfections intérieures seront encore nécessaires pour achever totalement cette restauration mais tous Bératais et habitants du secteur peuvent déjà admirer le chemin déjà parcouru. Paul-Marie Blanc a rappelé qu’il fallait faire preuve de patience pour voir aboutir des projets d’une telle ampleur et que la restauration totale de l’église demandera encore de nombreuses années.