Le Syndicat Départemental d’Énergie de la Haute-Garonne (SDEHG) organise des rencontres de proximité avec les élus des communes de la Haute-Garonne. Ce sont, au total, 21 rencontres organisées par le SDEHG durant le dernier trimestre 2019 sur les différents secteurs géographiques du département.

Le Président du SDEHG, Pierre Izard, a organisé une rencontre territoriale le 12 novembre 2019 à Villate. Ont participé à cette rencontre, les maires et conseillers municipaux des 21 communes du secteur, les entreprises de travaux et les représentants du SDEHG. Les 21 communes concernées sont : Eaunes, Frouzins, Labarthe sur Lèze, Labastidette, Lagardelle sur Lèze, Lamasquère, Lavernose-Lacasse, Le Fauga, Lherm, Muret, Pinsaguel, Pins-Justaret, Portet sur Garonne, Roques, Roquettes, Saint Clar de Rivière, Saint-Hilaire, Saubens, Seysses, Villate, Villeneuve-Tolosane.

Pierre IZARD, Président du SDEHG : « En tant que défenseur de la solidarité territoriale et des services publics de proximité, j’accorde une importance toute particulière à organiser des rencontres sur le terrain, au plus près des élus des communes. Je tiens d’ailleurs une permanence à Saint-Gaudens tous les mois pour recevoir les élus du sud du département et je suis disponible au siège du Syndicat à Toulouse pour ceux qui le souhaitent. Les 21 rencontres territoriales organisées en octobre et novembre sont l’occasion pour les élus communaux de faire le point sur leurs projets, avec les services du SDEHG, Enedis et les entreprises de travaux. »

Rénover l’éclairage public pour faire des économies d’énergie : En 2019, le SDEHG a réalisé 34 millions d’euros de travaux sur le réseau d’éclairage public des communes du département. Le programme de rénovation de l’éclairage public reste une priorité pour accélérer la transition énergétique de notre territoire. Les projets de rénovation de l’éclairage menés par le SDEHG permettent de réaliser 70% d’économie d’énergie. Les anciens luminaires sont remplacés par des luminaires à LEDS à faible consommation d’énergie et la puissance de la lumière est diminuée d’au moins 50% au cœur de la nuit pour lutter contre la pollution lumineuse. Pour aider les communes, le SDEHG prend en charge 80% du montant HT des travaux. Sur la plupart des projets, la participation financière de la commune est intégralement compensée par les économies d’énergie engendrées par la rénovation de l’éclairage public dès la première année de mise en service.

Sur le secteur des 21 communes conviées à la réunion, plus de 5,5 millions d’euros ont été investis par le SDEHG pour rénover le réseau d’éclairage public ce qui représente 1 200 points lumineux rénovés.

Le point sur les autres programmes du SDEHG : Le SDEHG a atteint son objectif de création d’un réseau de 100 bornes de recharge pour véhicules électriques afin de favoriser l’électromobilité en Haute-Garonne, avec une borne installée tous les 10 à 20 km maximum. Sur le secteur, le SDEHG a implanté 12 bornes de recharge (Eaunes, Le Fauga, Frouzins, Labarthe-sur-Lèze, Lagardelle-sur-Lèze, Lavernose-Lacasse, Lherm, Pinsaguel, Pins-Justaret, Roquettes, Saint-Clar de Rivière, Seysses). Pour plus d’informations sur les bornes de recharge, notamment les modalités et le coût d’utilisation : www.sdehg.fr/

Le SDEHG réalise également des diagnostics énergétiques des bâtiments communaux : Au total, 205 communes ont participé au programme de diagnostics énergétiques des bâtiments communaux et 409 bâtiments ont été diagnostiqués depuis 2016. Un Conseiller en énergie du SDEHG est chargé de la supervision des diagnostics et de l’accompagnement des communes dans la mise en oeuvre des préconisations à l’issue des audits réalisés.

Le SDEHG a également réalisé un programme de 193 radars pédagogiques dont le financement est pris en charge à 50% par le SDEHG laissant ainsi une part à la charge de la commune inférieure à 1 500 € par radar. Cet équipement de prévention, implanté en bordure de chaussée, informe les conducteurs de leur vitesse sans les sanctionner et affiche un message d’alerte si la vitesse est supérieure à celle autorisée. En plus d’être un outil de prévention, le radar pédagogique permet de réaliser des statistiques sur la circulation.