Certes le ciel bleu et la température clémente ont incité nombre de rivois à faire le déplacement aux monuments aux morts, au pied de la majestueuse cathédrale de Rieux, à l’occasion de la célébration de l’armistice du 11 novembre 1918. Mais on ne peut tout expliquer par ce phénomène météorologique. La cérémonie avait été visiblement bien préparée.

Une classe de l’école élémentaire de la ville cité était présente avec sa maitresse. Dans l’esprit d’une vieille tradition républicaine telle que décrite dans le film « La gloire de mon père », les enfants ont entonné « La Marseillaise » soutenu ça et là par quelques participants quelque peu timide. Le conseil municipal des jeunes était aussi présent pour la dernière fois puisque cette manifestation marquait la fin de leur mandat. Paolo portait fièrement son écharpe bleu blanc rouge d’une façon ultime mais qui sait ! A cette annonce, les rivois présents ont salué leur travail par une salve d’applaudissements. Un parcours citoyen local et de grandes espérances pour cette nouvelle génération. Cinq enfants désignés par leur camarade lisaient à tour de rôle une lettre déchirante écrite par un poilu dans les tranchées. L’horreur du quotidien pour ceux qui n’étaient que de la chair à canon.

Comme à son accoutumé, une forte délégation de pompiers en tenue honorait de sa présence la cérémonie. Sur les colonnes ces altruistes aux hautes valeurs morales montraient toute leur savoir faire en cérémonial militaire. Un vrai plus devenu indispensable pour la qualité de cette manifestation. Isolés on remarquait la présence d’un gendarme en délégation et d’un jeune vétéran dont le nombre de médailles témoignait d’un passé militaire glorieux.

Maryse Vezat lisait, comme le veut la tradition, les propos de madame la Ministre des Armées. Un moment imposé qui a le mérite de favoriser la réflexion à défaut de captiver les foules. A noter cette année qu’ont été cités « Mort pour la France » le noms des militaires qui ont perdu leur vie cette année sur le terrain des opérations extérieures. Une riche initiative qui nous permet de nous rappeler qu’aujourd’hui encore des jeunes donnent leur vie pour leur patrie, la France en luttant de par le monde contre le terrorisme et ce Mal qui ronge notre siècle. La minute de silence plus que jamais avait du sens et l’émotion était palpable.

Avec son grand savoir faire et son talent reconnu, la musique Saint Cécile accompagnait la cérémonie en rythmant les différentes phases bien codifiées.

Madame le Maire remerciait les très nombreux rivois qui s’étaient déplacés pour cette cérémonie. Après avoir remercié les écoles, la fanfare et tous ceux qui avaient participé à la préparation, elle invitait cette nombreuse foule à venir prendre le verre de l’Amitié.

Un moment qui marque la vie de la cité et participe à sa cohésion sans nul doute. Par les temps qui court, on ne peut que s’en féliciter.