Comité de pilotage du 2 octobre 2019

Le mercredi 2 octobre 2019, Marie-Paule Demiguel, sous-préfète de Saint-Gaudens représentant Etienne Guyot, préfet de la région Occitanie, Préfet dela Haute-Garonne, a réuni le comité de pilotage du tunnel de Saint-Béat.

Situé sur la RN 125, axe important de circulation transfrontalière entre la France et l’Espagne, son bon fonctionnement peut impacter les conditions de traversée des villages de la vallée. C’est pourquoi le Préfet a demandé qu’une attention particulière soit portée au suivi de cet équipement, notamment par la production d’un bilan précis des fermetures depuis le début de l’année et d’un plan de mesures correctives.

Constitué des élus locaux, des services gestionnaires de voirie ainsi que des forces de l’ordre et des services de secours, ce comité a été l’occasion pour les services de l’État (DIR SO) de présenter ce bilan et d’exposer les actions qui ont été mises en oeuvre pour en limiter le nombre et la durée.

En dehors des fermetures mensuelles pour la maintenance du tunnel, 47 fermetures inopinées ont été constatées depuis le début de l’année 2019, en application du Plan d’Intervention et de Sécurité (PIS) afin d’assurer la sécurité des usagers :

– 31 étaient liées à des incidents de circulation (poids lourds hors gabarit, objets sur chaussée, animal errant, véhicule arrêté). Sur ces 31 fermetures, 26 ont été causées par des détections hors-gabarit. Pour la moitié d’entre elles, des fausses détections sont suspectées. La durée moyenne de ces fermetures est très courte (quelques minutes).

– 16 étaient liées à des problèmes techniques (dont 11 sont dues à des pertes de connexion entre le tunnel de Saint-Béat et le Centre d’Information et de Gestion du Trafic de Saint-Paul de Jarrat, qui assure la supervision et la mise en sécurité du tunnel). La durée de fermeture la plus longue (44 jours) a résulté de la dégradation volontaire des équipements de détection des véhicules hors gabarits.

L’État a présenté aux élus les diverses actions mises en oeuvre ou engagées afin de limiter ces fermetures :

– l’amélioration des dispositifs de détection des véhicules hors gabarit, par l’implantation de boucles de détection sur la chaussée en plus des détecteurs est prévue fin octobre. Cette mesure permet, entre autre, de supprimer les fausses détections déclenchées par des oiseaux passant devant les détecteurs.

– la mise en place de mesures de fiabilisation de la liaison à haut débit entre le tunnel de Saint-Béat et le Centre d’Information et de Gestion du Trafic de Saint-Paul de Jarrat. Une nouvelle liaison, servant de secours en cas de perte de connexion, va être implantée fin novembre. Cette liaison passera par une infrastructure et une technologie différente de l’actuelle (4G ou satellite).

Par ailleurs, la date des fermetures programmées pour maintenance feront l’objet d’une communication plus large. Une publication du planning de fermeture sur le site internet de la DIRSO est d’ailleurs effective depuis le mois de septembre.

Le comité de pilotage a également évoqué les problèmes de circulation constatés ponctuellement, notamment les week-ends, du fait du carrefour à feux, au centre de Saint-Béat. Il a été rappelé que ces feux avaient été initialement implantés afin de permettre la giration des poids lourds au droit du carrefour. Pour autant, conscients des difficultés de circulation, les services de l’État ont proposé aux élus locaux la mise en oeuvre d’une expérimentation consistant à mettre les feux à l’orange clignotants les week-ends, du vendredi soir au lundi matin.

Cette expérimentation, d’une durée de 3 mois, sera lancée début novembre. Celle-ci sera évidemment interrompue en cas de blocage du trafic ou de risque pour la sécurité des usagers (véhicules et piétons). Parallèlement, un audit sur le fonctionnement des feux va être mené dans l’objectif d’optimiser plus encore le fonctionnement du carrefour.

Enfin, il a été indiqué qu’un point d’étape sur le chantier relatif à la poursuite de la déviation de Saint-Béat, sous maitrîse d’ouvrage de l’Etat (DREAL) serait fait d’ici la fin de l’année, à destination notamment des élus concernés.