Samedi 21 était un grand jour pour Pinsaguel : Son centre-bourg a été inauguré en grandes pompes !

Venue en voisine et amie, la ministre de la justice, garde des sceaux, Nicole Belloubet avait tenu à assurer Jean-Louis Coll de sa présence.

Les buts de la réhabilitation de cet espace sont nombreux : Il fallait casser cette image de village-rue si négative, réduire la vitesse et pacifier la circulation, créer un lieu de vie entre la mairie et l’école. Ce bouleversement a été mené en concertation avec les habitants par le biais de réunions et d’ateliers-débats. Les architectes paysagistes ont sélectionné des plantes consommant peu d’eau, les paillages sont à base de différentes origines afin d’éviter les arrosages fréquents et le terreau est biologique !

Cette opération, qui a coûté 4,5 M €, a reçu des participations de toutes les entités (Le Muretain’Agglo, les Conseils départemental et régional, le syndicat d’énergie pour l’éclairage, l’Etat et Tisseo) pour un montant de 63% des dépenses, laissant un reste à charge de 1 712 877€ à la commune.

Et c’est entouré de tous les responsables politiques –Députée, conseillers départementaux et régionaux, président du Muretain’Agglo et nombreux maires du secteur- que la ministre et le maire ont dévoilé la plaque nommant la place du centre du village « Place de la Liberté ».

Hélas, le vent d’autan a un peu joué le perturbateur lors des discours, reconnaissant uniquement l’autorité du président du conseil départemental qui, élu du Lauragais, a été le seul épargné !

Ce moment de fraternité a été conclu par l’interprétation magistrale par Muriel Batbie-Castell, native de Pinsaguel, d’un chant de lutte des femmes italiennes, hélas dévoyé par la modernité télévisuelle, le « Bella Ciao ».