Il est de tradition que Georges Méric président du conseil départemental de la Haute Garonne reçoive la presse régionale pour rendre compte des projets réalisés, des dossiers en cours et des opérations à venir. Un exercice de style et des échanges francs et directs.

Avant tout, la défense des valeurs humanistes de gauche

Avant de laisser s’exprimer les vices président(e)s, chacun(e) dans leur responsabilité particulière, Georges Méric, dans l’engagement qui est le sien, a voulu parler de valeurs et plus particulièrement des valeurs de gauche. Des mots forts dont on sent qu’ils ne sont pas un quelconque effet de communication ou de posture de circonstances. Des thèmes abordés comme la fraternité, le penser par soi même, les valeurs humanistes, la mixité sociale, l’égalité des sexes, la démocratie participative, la citoyenneté, la préservation de la biosphère, le maintien des services publics, la solidarité humaine et celle des territoires dont il dira que c’est l’ADN du conseil départemental. Un triptyque émancipation, universalisme et humanisme qui fonde l’engagement du département. Une impression que cette collectivité territoriale est dans ses valeurs et ses réalisations un laboratoire local pour un niveau national pour l’instant affaibli en ce qui concerne la gauche en général et le parti socialiste en particulier. Non sans humour, il précisera que la gauche c’est la gauche, que la droite, c’est la droite (avec des valeurs très différentes) et que le mélange droite gauche n’est pas possible en mettant en avant le danger du « toujours plus de capitalisme ».

Il explicitera que très souvent le conseil départemental doit corriger les décisions parisiennes prises par un gouvernement qui ne comprend pas les subtilités des territoires avec une vision par trop jacobine. C’est le cas par exemple pour l’implantation des futures maisons publiques qui seront déclinés en correction au niveau des anciens chefs lieux de cantons. La gratuité du service télé assistance, la gratuité des transports scolaires et pour les plus démunis des cantines scolaires est un engagement pour lutter contre la perte du pouvoir d’achat.

Parole aux vices président(e)s et Sébastien Vincini

La vice présidente Marie Claude Leclerc fera un point complet sur tout ce qui touche au monde scolaire et à la gestion des collèges. Un seul chiffre d’ici 2025 la Haute Garonne aura à gérer 9000 collégiens supplémentaires et les nouvelles constructions qui iront avec.

Sébastien Vincini argentier du département mais également premier secrétaire fédéral du parti socialiste de la Haute Garonne fera un tour d’horizon politique avec un accent sur la désespérance des français avec comme illustration le mouvement des gilets jaunes avec cette impression que rien n’est réglé. Des chiffres énoncés comme la fermeture dans le département par l’Etat de 17 trésoreries et que ce même département se situe à la 86° place pour les revenus moyens des agriculteurs. La bonne santé des finances de la Haute Garonne permet de redistribuer les richesses avec une recherche d’équité et de solidarité.

La première vice présidente Maryse Vezat partant du constat de la vraie crise de la démocratie représentative ressentie actuellement en France, explique ce qui a été mis en place et décliné dans le département avec notamment la démocratie participative. « Ce n’est pas un gadget mais un système qui fonctionne » dira-t-elle. Un point d’orgue avec la prospective de notre département pour 2050 qui permettra d’orienter la politique dès 2020 et de procéder à des expérimentations. Le projet “Haute Garonne demain” invite élus, acteurs du territoire et citoyens à élaborer une vision collective pour faire une société ensemble. Déjà de très nombreuses idées sont remontées.

L’idée générale est que les dossiers se font en co-construction dans la phase initiale par le biais de la démocratie participative puis c’est la démocratie représentative qui prend la décision politique… et qui assume devant les citoyens ce choix.

La vice présidente Marie Claude Farcy fera un tour d’horizons des projets sociaux de territoire avec cette volonté politique de solidarité. Il s’agit de définir les points à améliorer pour répondre aux réels besoins des habitants . Actuellement 13 projets sont en cours dont Saint Gaudens, Auterive, Cazères et l’objectif à terme est de 30.

Enfin le vice président Jean Michel Fabre fera un tour d’horizon du plan ambitieux de préservation de l’environnement dans la Haute Garonne avec 41 mesures phases réalisées pour un budget de 150 M€. Parmi les mesures phares, la difficile question de la gestion de l’eau, la préservation de la bio-diversité ( 2000 zones humides), le développement de l’agroécologie, la politique des mobilités douces et la transition énergétique.