Les flûtes de pan, les accordéons, les guitares et autres banjos sont muets. La grande halle de la place de Verdun est redevenue parking.

Les groupes folkloriques aux costumes colorés venus des quatre coins du monde sont repartis vers d’autres festivals.

On appréhendait fortement cette  60e édition du festival folklorique Folkolor, principalement à cause d’un manque de budget. Malgré tout, la qualité des groupes, leurs prestations et la fidélité du public ont fait de ce festival une belle, voire très belle édition.

Que ce soit à la salle des fêtes ou sous la grande halle, l’affluence était là. Les enfants du pays, les Troubadours du Mont Royal ont montré tout leur savoir-faire, tout comme les Chanteurs du Mont Royal qui étaient là pour la soirée des amis du folklore, qui réunissait plus de 200 personnes.

L’Espagne, le Portugal, le Népal, la République du Tartastan, la République Tchèque, le Chili laissent derrière eux des souvenirs impérissables.

Un couac toutefois : Ludokolor. Chaque année, dans la cour de l’Hôtel de Lassus, les groupes invités viennent avec des jeux de leurs pays. Tout le monde participe, y compris la population. Cette année, une maison de retraite avait fait le déplacement… pour rien. Pour la première année, la ludothèque « La ronde des jeux », de la 5C, était fermée…

Preuve que Folkolor est reconnu, le président du CIOFF France (Conseil international des organisations de festivals de folklore et d’arts traditionnels), était présent pour la dernière soirée.

Pour Philippe Mourrembles, pour qui c’était sa dernière année de présidence à la tête de Folkolor, le festival doit sa réussite aux bénévoles et à tous les partenaires privés et institutionnels. Avec une mention particulière pour les commerçants montréjeaulais qui cette année ont participé de belle manière en décorant leurs vitrines.