Le 1er décembre 2018, Eric Miquel, maire, retirait leur délégation à deux de ses adjoints : Pierrette Fénard et Guy Lorenzi.

A leurs demandes, ils étaient toutefois maintenus dans leurs fonctions d’adjoints.

Siégeant tous deux  au sein du CCAS  (Centre Communal d’Action Sociale), en tant que vice-présidente pour Pierrette Fénard et membre du conseil d’administration pour Guy Lorenzi, ils démissionnent logiquement de cette structure.

Ci-dessous, des extraits de leurs courriers destinés au conseil d’administration et remis en main propre le 10 avril 2019.

Pierrette Fénard : « Vous m’avez élue en tant que vice-présidente du CCAS en 2014.

J’aimerais rappeler ici quel est le rôle de la vice-présidence au sein d’un CCAS  au moyen de quelques extraits des cahiers de l’UNCASS : Si le maire est président de droit du centre communal d’action sociale (CCAS), le vice-président joue, à ses côtés, un rôle majeur au sein de cet établissement public de proximité….

Cet acteur clé a en effet pour mission de suppléer le maire afin d’assurer le bon fonctionnement du conseil d’administration et de l’épauler dans la gestion opérationnelle du CCAS…

Au sein de la municipalité, il veille à ce que l’action du CCAS soit en cohérence avec toutes les politiques publiques municipales, dans un souci constant de transversalité… » Etc.

 Vous n’ignorez pas que le maire de notre commune m’a retiré, ainsi qu’à notre collègue Guy LORENZI, toute délégation ; je précise, mais vous le savez certainement, que nous avons été maintenus par le conseil municipal à nos postes d’adjoints.

Aujourd’hui, c’est  à Eric MIQUEL, président du CCAS que je m’adresse :

Comment pourrais-je assurer ma mission de vice-présidente, privée d’information, exclue de toute réunion ou commission traitant du devenir de l’établissement et de ses personnels ?

Mission impossible assurément.

En conséquence,  je suis au regret de vous  présenter ma démission de membre du  conseil d’administration du CCAS, à compter de ce jour.

Guy Lorenzi : « Par arrêté du 26 Novembre 2018, le maire de notre commune m’a retiré les délégations qui m’avaient été consenties à titre d’adjoint.

A ma demande, j’ai cependant été maintenu au rang  d’adjoint par vote du conseil municipal du 25 février 2019.

Ce retrait de délégations faisait suite à ma prise de position contre l’avis de notre maire, qui m’a déclaré avoir perdu de ce fait toute confiance en moi.

C’est pour cela que siéger au sein de ce conseil d’administration me parait déplacé.   Je ne me sens plus à ma place ici en tant qu’élu.

Je me vois donc  au regret de vous  présenter ma démission de membre du  conseil d’administration du CCAS, à compter de ce jour.