“Solidaires avec les migrants”, les soirées projections-débats à Montbrun-Bocage.

“Solidaires avec les migrants” est un événement organisé non pas sur une, mais bien deux soirées. En effet, les 8 et 9 mars auront lieux des projections-débats. Rendez-vous donc à la salle polyvalente de Montbrun, l’entrée est libre. Vendredi 8 mars une auberge espagnole débutera à 19h. “Amenez un plat à partager et vos couverts.” S’en suivra alors à 20h la projection d’ “Un toit sur la tête”. À 21h, vous pourrez enfin participer à un débat-rencontre.

Pour ce qui est du Samedi 9 mars, le programme est quelque peu similaire. En effet, à 18h30 sera donné un repas bio avec une ambiance jazz. Dégustez une soupe, des gâteaux ainsi que du pain frais pour un prix libre. À 20h c’est le film “Un paese di calabria” qui sera projeté. Comme la veille, le film sera suivi d’un débat. Le sujet sera alors “l’accueil des réfugiés en monde rural” en présence d’élus locaux.

Sur place vous trouverez une buvette avec vin, bières bio, mais également des boissons sans alcool. Ne ratez pas l’exposition présente dans un même temps. Elle s’intitule “Les camps et zones de non-droit”. “Une exposition retraçant la continuité historique des centres de rétention, depuis ceux créés pendant la guerre d’Algérie jusqu’à ceux d’aujourd’hui: les centres de rétention administratifs.”

Un peu plus sur les films.

Un toit sur la tête” a été réalisé par Olivier Cousin en 2015. C’est un documentaire de 52 minutes. Il aborde donc l’histoire d’un collectif Toulousain au service de l’hébergement d’urgence. Étant donné la situation catastrophique du logement d’urgence, à Toulouse plus de 1000 personnes sont à la rue. Ce phénomène touche notamment beaucoup d’enfants. Pour certains travailleurs sociaux du 115, c’est insupportable. Ils créent alors le groupement pour la défense du travail social.

Un paese di calabria” est un documentaire d’1h30 réalisé par Shu Aiello et Catherine Catella. Celui-ci date alors de 2017. Dans ce film, il s’agit de Kurdes s’échouant d’un bateau dans un village au sud de l’Italie. Nous sommes en 1998 et c’est spontanément que les deux peuples s’entraident. Ensemble, ils réhabilitent les maisons, relancent les commerces et assurent également un avenir à l’école.

solidaire migrants montbrun