L’indignation et la colère des associations patriotiques devant le monument bafoué des trois maréchaux décapités.

L’événement est grave. C’est pour exprimer leur colère et leur indignation que les représentants de 16 associations patriotiques se sont retrouvés devant le monument bafoué des trois maréchaux décapités. Jean Salnikoff, délégué militaire départemental interarmées de la Haute-Garonne, représentait l’armée. Marie-Paule Demiguel, représentante de l’Etat, était aussi présente ainsi que Jean-Yves Duclos, maire de Saint-Gaudens et quelques élus. Ce rassemblement était initié par Yvon Nassiet, élu en charge des commémorations, le regard grave et abasourdi devant cet acte de malveillance. Pour l’heure, on ne sait qui sont les personnes qui ont commis cet acte qui plonge les commingeois dans la désolation, l’incompréhension.

Ce monument, qui a été classé aux monuments historiques il y a peu, il représente un symbole fort. Lieu de mémoire, hommage de la nation à ces Maréchaux qui ont apportés la Paix à la France en 14-18 dont nous avons fêté dans la joie, le centenaire de l’armistice très récemment. C’est aussi un symbole  Républicain, lieu d’hommage à tous ceux qui sont morts pour la paix, pour la France. Ce respect est bafoué, Jean Baqué, résistant de 97 ans exprimait son indignation et sa tristesse face à cette ignominie, à la bêtise humaine, à ce vandalisme. Certains veulent mettre en parallèle cet acte  avec les événements parisiens, le vandalisme commis à l’Arc de Triomphe ou sur la tombe du soldat inconnu. Certains y ont vu une attaque de la République dans ses fondements, dans la France rurale.

Le président du Souvenir Français, Christian Mombrun, dans son discours, fait ce parallèle entre ces trois événements. Il se dit choqué, par cet acte de bassesse, alors que la Mairie avait rendu l’éclat à ce monument inauguré en 1951, au centre de l’esplanade de la légion d’honneur. « Ce monument représente trois Maréchaux, symboles de notre liberté, qui ont défendu la France et ses citoyens, il symbolise la fraternité. » c’est pour défendre cette fraternité que les 16 associations se sont retrouvées, former une chaîne d’amitié, symbole de solidité en entonnant la Marseillaise.