Réactions en cascade face à cet acte de vandalisme.

La société des Etudes du Comminges par l’intermédiaire de son président Yoan Rumeau, a souhaité réagir : « La Société des études du Comminges a appris avec consternation l’acte de vandalisme commis dans la nuit du 20 au 21 décembre 2018 sur le Monument des Trois Maréchaux à Saint-Gaudens avec la « décapitation » des statues des trois officiers. Edifié en 1951 en hommage à Foch, Gallieni et Joffre, célébrés comme des héros pyrénéens de la Grande Guerre, ce monument sculpté est une œuvre remarquable du XXe siècle. Les membres de la Société des études du Comminges condamnent avec fermeté un acte ignoble et irresponsable qui porte atteinte à un élément remarquable de notre patrimoine artistique, historique et civique. »

Georges Méric et le Conseil Départemental dans son ensemble ont manifesté leur indignation : « Suite aux actes de vandalisme commis dans la nuit du 21 décembre contre le “monument des trois maréchaux” à Saint-Gaudens, dédié aux trois Maréchaux pyrénéens Foch, Joffre et Gallieni, Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne et Jean-Jacques Mirassou, vice-président en charge des Anciens combattants, s’associent à la colère et à l’indignation soulevée par “cet acte choquant et inacceptable envers l’histoire de la nation”. “Au moment où notre pays vient d’achever de commémorer avec ferveur le centenaire de la Grande Guerre, cette dégradation constitue une véritable insulte, au-delà des trois personnages concernés, à l’égard de toutes les victimes de ce conflit qui méritent encore et toujours notre reconnaissance et notre admiration. »