Les gradins du circuit portent son nom ainsi que la rue qui passe devant. Il était d’ailleurs présent lors de cette inauguration en 1987. René Dreyfus grand pilote des circuits automobiles des années 30 a gagné le grand prix du Comminges. Il eut aussi un accident spectaculaire sur ce circuit dont il sortira indemne. Il a émigré aux USA et s’engagera dans l’armée américaine et combattra les allemands.

A New-York, avec son frère, il ouvre un restaurant, lieu de rendez-vous des amateurs de circuits automobiles. Il viendra régulièrement revoir ce circuit du Comminges qui restera pour lui un très grand circuit. Il rencontrera Michel Ribet avec qui il tisse des liens et l’encourage à la réalisation de ce musée. D’ailleurs, il lui fournira des documents d’archives récupérés au cours de ses rencontres.

Jeudi, c’est sa nièce Evelyne Dreyfus, qui est venue comme en pèlerinage avec son mari américain, visiter le musée du circuit automobile du Comminges. C’est avec beaucoup d’émotion qu’elle s’est rendue sur ces tribunes : « Il disait, le circuit du Comminges est celui qui offre le plus beau panorama, une vue sublime sur les Pyrénées, et il avait raison, la vue est sublime. Il vantait l’ambiance autour de cette course, beaucoup d’animations de fête. Il adorait y courir. C’est émouvant de voir à l’intérieur du musée tous les documents que vous avez sur lui et sur tous les prix organisés sur ce circuit. C’est un vrai trésor pour les amateurs de courses automobiles. Il disait que le travail de Michel est unique et qu’il fallait l’aider. »

Oui ce musée est une richesse, que certains n’apprécient pas toujours à sa juste valeur. Michel Ribet confie avoir reçu, il y a quelques jours un enregistrement du grand prix de 1933, avec son et commentaires, ce qui rend ce document exceptionnel. Une journée chargée de beaucoup d’émotions pour tous.