Les enquêteurs de la communauté de brigades de gendarmerie du Volvestre viennent de solutionner deux vols en réunion qui s’étaient déroulés les 26 et 27 février 2018. Les voleurs ne se doutaient pas que plus de 8 mois après ils allaient tomber dans la nasse de la Justice.

Des enseignants et des enfants écœurés.

L’affaire s’était répandue comme une trainée de poudre en février 2018 lorsque l’école maternelle de Montesquieu Volvestre avait été victime de cambriolages. Télévision, appareils photos, amplificateur, fournitures scolaires, etc… avaient disparu. De l’argent économisé pour améliorer le quotidien. Une vraie blessure et une question : Qui peut s ‘en prendre au temple sacré d’une école maternelle ? Près de 8 mois après, les cambrioleurs ont été identifiés, appréhendés et déférés à la Justice.  « Il n’y a rien dont ne triomphe un peu de patience. » disait Molière dans la princesse d’Elide.

Un témoignage capital.

C’était sans connaître le sens civique et la perspicacité d’une employée municipale de la mairie de Montesquieu Volvestre. Faisant quelques emplettes dominicales, elle se rend à Cash 31. Là, quelle ne fut pas sa surprise. Alors qu’elle regardait de ci de là, elle tombe nez à nez avec l’amplificateur volé quelques mois plutôt à l’école. Formelle après avoir bien observé l’objet, elle informe immédiatement de sa découverte.

Une enquête rondement menée.

Saisis les enquêteurs de la communauté de brigades de gendarmerie du Volvestre remontent rapidement jusqu’à celui qui avait déposé l’amplificateur à la vente au Cash 31. Il s’agit d’un majeur qui demeure à Montesquieu Volvestre. Les vérifications et des investigations qui sont menées emmènent les gendarmes a interpellé trois mineurs et le majeur, tous domiciliés à Montesquieu Volvestre, le lundi 15 octobre. Ils sont placés en garde à vue.

A l’issue de celles-ci, les trois mineurs sont présentés au Parquet de Toulouse. Ils sont mis en examen par le juge des enfants et laissés libres. Le majeur a également été présenté au Procureur de la République. Il fait l’objet d’une convocation au tribunal correctionnel de Toulouse pour le mois de décembre pour des faits de recel. On lui reproche d’ avoir acheté l’amplificateur à l’un des mineurs impliqués, en ayant de plus eu la mauvaise idée de le proposer à la vente à Cash 31!

Selon nos sources, qui n’ont pas été confirmé par la gendarmerie, l’un des protagonistes mineurs avait déjà fait parler de lui en Volvestre. Il était l’un des auteurs qui avait dégradé et incendié l’un des bâtiments municipaux l’année dernière. Une information qui ne fait que rajouter à la colère des montesquiviens.