Ce dimanche était une belle journée pour l’ouverture d’esprit à Muret, l’écrivain local et le signopaginophile s’étaient donné rendez-vous pour faire partager leurs passions.

Pour la partie signets et marque-pages, l’estrade était réservée aux échanges entre collectionneurs. Pour certains venus même de Nantes et du centre de la France alors qu’une exposition présentait le thème de la jeunesse. La librairie « L’Attrape-rêves », co-organisatrice, proposait un vaste choix d’ouvrages pour enfants et adultes. Quant aux auteurs, il y en avait pour tous les goûts.

Le carcassonnais Nicolas Pagès dédicaçait ses romans fantastiques ou d’horreur. Richard Canal, venu du Tarn, proposait son 16° roman. Venue de la Drôme provençale, Myriam Icaza faisait connaître ses livres photos issus de nombreux pays. Tandis que Laurence Lamothe venue des Landes nous faisait découvrir ses carnets de voyages d’Ouessant et du Sénégal. Quant à la montalbanaise Valérie Rinaldo s’accompagnait au djembé pour déclamer ses poésies pour lesquelles elle a obtenu le prix Jean Cocteau que lui a décerné la « Société des poètes français » en 2016. Les très régionaux de l’étape, Sylvie Etché, Christian Partinico et Bernard Meyssonet, lui aussi co-organisateur, présentaient leurs ouvrages.

Un auteur muretain.

Et c’était sans compter sur le petit dernier, le tout récent entré aux éditions Cairn, dans la collection « Du noir au Sud », le muretain Alain Roumagnac. Avec son premier roman, Alain nous plonge par le biais d’un vieux flic taciturne, bougon et solitaire, dans une quête mystique et palpitante où souvenirs non éteints de la pensée cathare et fanatiques religieux se livrent une guerre sanglante.

Les organisateurs, Yves et Annie Cot, Vanessa, Bernard n’ont pas oublié de remercier la municipalité ainsi que François-Régis Gastou qui a une nouvelle fois créé le marque-pages commémorant ce salon.