Jeudi 7 juin à 12h00, le président du Conseil départemental Georges Méric a reçu le Premier ministre Edouard Philippe à l’Hôtel du Département, dans le cadre de son déplacement en Haute-Garonne.
Lors d’un entretien privé “franc et constructif”, Georges Méric a abordé avec le Premier ministre les actions et les services indispensables au quotidien des haut-Garonnais, mis en œuvre par le Conseil départemental, et lui a remis une contribution.
Dans un territoire très varié, marqué par de fortes disparités entre des zones de haute-montagne, un monde rural, un monde périurbain et une métropole, le Département est le trait d’union indispensable pour garantir la solidarité et l’équité entre tous ces bassins de vie” a précisé Georges Méric.Le président du Conseil départemental a insisté sur trois dossiers majeurs pour le développement de la Haute-Garonne, notamment la problématique de la ressource en eau, pour laquelle le Département a décidé d’être le chef de file d’un projet de territoire sur Garonne amont.
Georges Méric a également rappelé le rôle indispensable du Département pour garantir l’égalité citoyenne, avec le déploiement du haut-débit sur l’ensemble du territoire d’ici 2022.
Enfin, il a fait valoir auprès du Premier ministre le nouveau dialogue instauré avec chaque commune et chaque Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) du département via les contrats de territoire, ainsi que la coopération accrue engagée avec Toulouse Métropole, dans l’objectif de renforcer l’efficacité de l’action publique et de remédier à certaines problématiques métropolitaines.

Grâce à une bonne maîtrise de nos dépenses de fonctionnement, nous sommes en mesure d’augmenter les investissements au bénéfice de la qualité de vie des Haut-Garonnais. La Haute-Garonne reste un département parmi les moins endettés sans augmentation d’impôt“, a rappelé Georges Méric au Premier ministre.

Nous ne signerons pas le contrat financier avec l’Etat. En effet, nous avons des compétences à assumer et des réalisations à mener et les exigences de Bercy ne doivent pas nous empêcher de mener une vraie politique de proximité pour les Haut-Garonnais” a-t-il poursuivi. “Notre budget est vertueux, sérieux et sincère et nous refusons une tutelle préfectorale. Nous n’avons pas à porter l’endettement de l’Etat. La liberté de gestion des élus locaux est nécessaire pour éviter une dégradation de la décentralisation” a-t-il conclu.