Grève au collège Leclerc contre la fermeture d’une classe

Le corps enseignant du collège Leclerc de Saint-Gaudens a bravé le froid et la neige. Mobilisés pour alerter les pouvoirs et la population de la fermeture annoncée de 3 classes à la rentrée prochaine. Pourtant il n’y aura que 13 élèves en moins. En 4 ans, 5 classes seront supprimées. Madame Gutierrez exprime sa colère : « Nous aurons des classes surchargées, alors que nous avons des élèves de dispositifs particuliers qui ne sont pas comptabilisés. (Elèves relevant de dispositif UPEAA : unité pédagogique d’élèves allophones arrivants ou ULIS, élèves présentant des troubles spécifiques) De ce fait ces élèves en grande difficultés pâtissent  d’un manque de disponibilité.

Les conditions de travail sont dégradées.

Les problèmes économiques et sociaux de Saint-Gaudens  qui est une ville sinistrée, se répercutent donc sur les élèves. Ceux-ci ont pourtant besoin d’une prise en charge optimale, impossible avec des classes surchargées. Le dispositif quartier prioritaire de la politique de la ville, décidé par l’Etat en 2014 a pour mission de sortir de la précarité ces familles. Cela passe par l’éducation. De plus nous ne pouvons que constater une carte scolaire défavorable au collège. De ce fait nous demandons une révision de la sectorisation qui permettrait de mieux répartir les élèves entre ce collège et le Didier Daurat.

Dès le mois d’octobre nous avons demandé une audience auprès de l’inspection académique pour des problèmes de gestion interne sans succès. Aujourd’hui notre demande porte sur la sectorisation et le gel de la fermeture des 3 classes. Nous espérons être mieux entendus afin de donner les meilleures chances à ces élèves ». Les grévistes furent soutenus par les candidats aux législatives tels Joël Aviragnet, Sébastien Broucke ou Philippe Gimenez.