Joël Aviragnet s’insurge contre la non vérité concernant le tribunal de Saint-Gaudens.

Michel Montsarrat avait voulu rassurer les commingeois. Il affirme que la ministre de la justice, Nicole Belloubet le lui a confirmé. La fermeture du tribunal n’est pas d’actualité (à ce sujet :  https://www.petiterepublique.com/2018/01/15/tribunal-de-saint-gaudens-nest-menace/  )

Joël Aviragnet s’insurge contre cette affirmation : « Effectivement le tribunal de Saint-Gaudens ne fermera pas mais il ne sera plus un tribunal d’instance».

Qu’est ce que cela implique ?

« Tout simplement qu’il n’y aura plus de barreau d’avocats ni de procureur, et donc tous les services associés mis en place par Madame la Procureur ne seront plus. Il s’agit de la médecine légale, l’aide aux victimes, l’accès aux droits. Tout cela est donc appelé à disparaître. Ce ne sera plus qu’une chambre associée qui prendra les plaintes, vous renseignera sur les procédures. C’est un élément de langage mais pour les commingeois les conséquences sont énormes. Il sera plus difficile d’avoir accès au droit, il faudra aller à Toulouse, donc pour certaines personnes elles abandonneront leurs plaintes».

Comment pouvez-vous affirmer cela ?

« J’ai été alerté par le bâtonnier des avocats du tribunal de Saint-Gaudens, informé du changement du tribunal. Devenant une chambre associée au tribunal, ses compétences ne sont plus les mêmes. Je compte repartir au combat pour le défendre. Il est inacceptable que 4,5 milliards d’euros soient faits en cadeau aux grandes fortunes en supprimant l’ISF et que l’on supprime encore du service public le droit à se défendre».