C’était la semaine européenne de la réduction des déchets.

Denis Turrel, président de la communauté des communes du Volvestre, ouvrait une séance d’information sur les actions menées par la Communauté des communes du Volvestre en ces mots : « La mobilisation des équipes de ramassage et de la déchetterie ainsi que des écoles a été cette année exemplaire. Je tiens ici à remercier tous les acteurs de ce mouvement de partage et de solidarité. Il passa la parole à Daniel Grycza, vice-président en charge de la Commission collecte et traitement des déchets : « … Pour la seconde année consécutive, nous participons à cette campagne de sensibilisation, afin d’amener nos concitoyens à réfléchir sur leur consommation et la réduction des déchets. Les industriels, de leur côté, pensent à des pistes de réductions des emballages, ainsi qu’à l’amélioration du recyclage. En ce qui concerne notre communauté, nous avons déjà depuis longtemps établi par une convention, un partenariat avec Emmaüs et la Croix Rouge locale qui rayonne sur l’ensemble de notre territoire. Nous avons lancé plusieurs axes de travail et de réflexion : Le travail auprès des écoles fait par Philippe, à savoir répondre aux demandes des enseignants, a été bénéfique bien que lui ayant apporté un surcroît de travail. Sur 20 écoles de la communauté, la moitié a répondu présent, en particulier celle de Montesquieu Volvestre. Le programme « Vide ta chambre » a, lui aussi, porté ses fruits. 15 conteneurs remplis de dons par les enfants ont été redistribués, en particulier à Emmaüs qui a, samedi dernier, organisé une grande vente spéciale. Nos actions doivent permettre aux associations de donner une seconde vie aux divers objets récupérés. Nous allons poursuivre cette politique. Il nous faut sensibiliser toutes les collectivités, en particulier les cantines scolaires. L’enjeu non négligeable c’est la réduction des coûts : Ne plus amener à l’enfouissement à Saint-Gaudens réduirait le coût du transport et de l’enfouissement. Il faut casser la mécanique de la consommation à outrance. Les « Vide maison » se multiplient. A Carbonne, nous envisageons la construction d’un bâtiment de recyclage sur la déchèterie. Une partie de ce qui arrive en déchèterie ne sont pas des déchets, d’où l’idée de bannir le terme « déchet » et changer le nom de déchèterie ». Les représentants des associations partenaires se félicitaient des actions menées et s’engageaient à poursuivre le dialogue et leur partenariat avec la communauté des communes.