L’ASSEMBLÉE NATIONALE LANCE UNE MISSION D’INFORMATION SUR LES PHYTOPHARMACEUTIQUES INCLUANT le GLYPHOSATE

En plein débat européen – et français – sur la prolongation de l’utilisation du glyphosate, l’Assemblée nationale a acté, le jeudi 26 octobre 2017, la création d’une mission d’information sur les produits phytopharmaceutiques

Cette mission d’information transpartisane est présidée par la députée LREM toulousaine Elisabeth Toutut-Picard. Elle regroupe 22 députés issus de quatre commissions permanentes dont la socialiste Delphine Batho (vice-présidente), la députée La France insoumise Mathilde Panot, le député LR Gérard Menuel (co-rapporteur) ou les élus LREM Matthieu Orphelin (proche de Nicolas Hulot) et Didier Martin (rapporteur).

La désignation d’Elisabeth Toutut-Picard pour présider cette mission paraissait s’imposer, à la fois en raison sa longue expérience de directrice d’hôpital, mais aussi pour ses compétences reconnues en matière d’environnement ; rappelons en effet qu’avant d’être élue députée au mois de juin dernier elle était, à la ville comme à la Métropole de Toulouse, en charge des questions de développement durable.

Pour mener à bien sa mission, la Présidente entend aborder la question simultanément sur le plan sanitaire, environnemental et économique, l’objectif consistant à faire une synthèse de ces approches pour aboutir, sous six mois, à un consensus et à des propositions réalistes et réalisables.

Les travaux ont débuté le 15 novembre par l’audition des responsables de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) et le 16 par celle des dirigeants de l’agence nationale française chargée de la sécurité sanitaire, alimentaire, environnementale et du travail.

Seront auditionnées par la suite toutes les parties concernées par le problème de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques dont notamment l’INRA, les représentants de professions agricoles et le Centre international de recherche sur le cancer, qui a classé le glyphosate comme « cancérogène probable pour l’homme ». Ces auditions seront complétées par des visites sur le terrain.

Dans sa démarche, Elisabeth Toutut-Picard déclare vouloir suivre trois axes :

– tirer un bilan des usages des produits par grandes filières de production agricole (céréales et viticulture en premier lieu).

– évaluer leur danger pour la santé humaine et l’environnement.

– Identifier les démarches alternatives.