Nous reproduisons ici le communiqué de presse diffusé ce mercredi soir par Michel Montsarrat à la suite de son dépôt de son recours auprès du conseil constitutionnel.

Mercredi 28 juin 2017 à 20H00, communiqué de presse.

Dans un contexte de moralisation de la vie publique, le déroulement des dernières élections législatives des 11 et 18 juin dans notre 8eme circonscription de la Haute-Garonne ne saurait échapper aux règles élémentaires de la République.
Or, l’examen des votes fait apparaître un grand nombre d’anomalies qui poussent à s’interroger sur la sincérité des résultats. En outre, le contexte de la campagne n’est pas à négliger : la présence permanente de Carole DELGA – présidente de la région Occitanie – a, par son insistance, entretenu une confusion sur l’identité réelle du candidat.

Compte tenu de ces éléments factuels précités, Michel MONTSARRAT s’est résolu à déposer un recours au Conseil constitutionnel ce mercredi 28 juin aux fins d’annuler l’élection de Joël AVIRAGNET comme député de la 8e circonscription de la Haute-Garonne.

Il justifie cette décision par la volonté de confirmer :

« l’espoir placé sur ma candidature au soir du 1er tour et l’envie manifeste de renouvellement politique » . Pour rappel, Michel MONTSARRAT était arrivé en tête des suffrages au soir du 1er tour avec 33,4% (14 541 voix), loin devant Joël AVIRAGNET et ses 17,78% (7 739 voix), repêché pour le second tour car n’ayant pu réunir 12,5% des inscrits sur son nom.

Les données du second tour se sont révélées favorables au candidat socialiste, avec un très faible écart de 91 voix sur 40 332 votants en faveur de ce dernier, ceci en dépit de l’absence de consigne de vote de la part des autres candidats mis à part le soutien apporté par Jean-Luc RIVIERE (UDI-LR) à Michel MONTSARRAT. C’est ainsi dire que, d’un dimanche à l’autre, malgré la baisse du nombre de votants – environ 5 000 – et la hausse du nombre de bulletins blancs et nuls – un peu plus de 4 000 -, Joël AVIRAGNET récupérait près de 10 000 voix quand Michel MONTSARRAT n’augmentait son score que de 2 600 voix. Certaines communes font l’objet de situations inédites, les suffrages pour le candidat PS ayant été multipliés par 3, voire 10 entre les deux tours. Ces éléments conduisent à s’interroger sérieusement sur le bon déroulement de ce scrutin.

Le candidat LREM ajoute que « notre beau territoire du Comminges-Savès ne saurait rester à l’écart du changement démocratique en cours dans notre pays» .

Pour conclure, l’enjeu de ce recours selon Michel MONTSARRAT est bel et bien de « sanctionner des pratiques d’un autre âge au profit de responsables publics s’accrochant au pouvoir à des fins politiciennes sans véritablement oeuvrer pour l’intérêt général de nos concitoyens ni le développement de notre territoire» mais aussi de « tourner la page de 70 ans d’hégémonie d’un seul mouvement politique en Comminges et préparer l’avènement d’un renouveau démocratique dans le cadre républicain pour nos territoires » .