Une visite du chantier du parking des Allées Niel a été organisée pour présenter son évolution à l’équipe municipale.

Reçus par Monsieur Caux, responsable du chantier, et par Jordan Madray, chef de chantier adjoint, le conseil municipal a pu descendre « dans le trou ».

En effet, les parois ont été creusées. La technique utilisée est de trancher le sol avec un godet de grosse capacité mais de la largeur de la future paroi. Au fur et à mesure du creusement qui a atteint les 12 mètres, de la bentonite remplit cette tranchée. La bentonite est une argile colloïdale dont le nom vient de Fort Benton dans le Wyoming aux États-Unis. Les boues bentonitiques (recelant une fraction de bentonite) sont utilisées comme boues de forage dans les travaux de terrassement, de parois moulées, du fait de leur capacité à laisser la place rapidement et facilement aux bétons coulés à leur place, créant ainsi les côtés de la structure.

Il reste ensuite à enlever la terre à l’intérieur de l’espace.

Pour cela, une noria de 12 camions assure une centaine de rotations par jour. Ce creusement devrait durer jusqu’au 7 Juillet, selon le planning.

Quand on creuse, on peut trouver ce que l’on ne pensait pas être là !

La visite a permis de visualiser l’emprise du parking, mais aussi un mur en brique qui a été découvert le 15 mai au matin. Cette partie du chantier sera donc obligatoirement laissée à la disposition des archéologues pour dater sa construction et établir s’il s’agit ou non de l’une des tours des remparts de la vieille ville.

Lors des discussions informelles durant la visite, il a été exprimé l’idée d’essayer d’intégrer ce possible vestige dans la construction. Cela éviterait de renouveler le massacre patrimonial de la construction du parking du Capitole à Toulouse en 1971.