« En Marche » pour la dernière ligne droite des présidentielles.

Les militants du mouvement « En Marche » de la 8ème circonscription ont repris leur bâton de pèlerin pour convaincre les derniers indécis.

Ils continuent donc à aller au contact des citoyens afin de les informer sur le programme de leur candidat. Pour Michel Montsarrat, représentant du mouvement, c’est simplement une autre façon de faire de la politique. Redonner une dimension culturelle à la politique.

« On lui reproche de ne pas avoir de programme clairement défini, c’est simplement parce que c’est une orientation, une ligne directive, une méthode. Ses prédécesseurs n’ont jamais réellement appliqué toutes les mesures de leur programme. Nous privilégions donc la concertation, même avec nos adversaires car ils peuvent faire des propositions intéressantes. Il ne faut pas rejeter une idée parce qu’elle vient de l’autre camp, l’essentiel est de relever la France. Notre but est de créer un code de bienveillance sur le territoire, le respect de l’autre dans sa différence. On reste digne, comme dimanche soir, pas de manifestation abusive, on respecte les autres candidats. Macron souhaite ainsi redresser la classe moyenne, en protégeant les plus démunis. Sa vision de la ruralité est intéressante, le milieu bancaire lui a appris comment faire de l’argent. N’est ce pas important quand on veut redresser l’économie d’un pays ?

JL Ganglioff a travaillé avec lui à Bercy : « cet homme est extraordinaire. Il a une empathie avec l’autre, une faculté d’écoute et de synthèse hors du commun. Sa méthode de travail se base sur l’écoute et la synthèse, en entrainant les autres dans sa dynamique, dans la solution. Ce qui est importe pour moi, c’est la place qu’il veut redonner au parlement, son rôle de contrôle d’action du gouvernement ».

Vous aurez surement l’occasion de retrouver ses militants enthousiastes sur un marché, en train de tracter, ou à votre porte.