Dialogue citoyen

Le président du Conseil Départemental a souhaité mettre en place dès le début du mandat une démarche de dialogue citoyen, dans le but de favoriser la démocratie participative avec l’ensemble des Haut-Garonnais.

En ce sens, les élus départementaux ont voté mardi 28 mars en session la création d’un fonds de soutien à la démocratie participative destiné aux communes haut-garonnaises de moins de 5 000 habitants et aux associations, afin d’encourager les acteurs du territoire à développer un dialogue avec les citoyens. Chaque année, le Département lancera un appel à projets afin de définir les actions qui seront subventionnées grâce à ce fonds.

Lors de cette session, les élus ont également adopté la Charte du Dialogue citoyen, qui définit l’ensemble des règles de concertation appliquées à toutes les grandes politiques départementales (solidarité, éducation, culture…), dans le but de mieux associer les citoyens aux actions du Département et d’améliorer les services publics.
Cette charte a été établie suite à une consultation publique, réalisée en octobre et novembre 2016 sur le site du Conseil départemental, suivie d’un atelier de travail avec 50 Haut-Garonnais et représentants du monde associatif.

Près d’un an après le lancement des premières concertations lancées par le Département, un point d’étape a été réalisé lors des Deuxièmes rencontres du Dialogue citoyen en février 2017.
Il en ressort que plus de 3 000 internautes ont répondu aux enquêtes en ligne du Département et 3 500 Haut-Garonnais ont participé aux rencontres organisées dans le cadre du Dialogue citoyen.

“Le dialogue citoyen s’impose au fil des mois comme une nouvelle manière de faire vivre l’action publique. L’intérêt des Haut-Garonnais pour cette démarche nous encourage à aller encore plus loin pour favoriser la participation citoyenne sur l’ensemble du territoire. C’est le sens du fonds de soutien mis en place par le Département qui permettra aux communes et associations qui le souhaitent de porter des projets de démocratie participative” souligne Georges Méric.