C’était milieu de semaine dernière. Des appels téléphoniques parviennent à la rédaction de Petite République.com qu’un important dispositif gendarmerie se déplace entre Rieux Volvestre et Montesquieu Volvestre. Toutes sirènes hurlantes et à très vive allure, le convoi fonce vers une destination inconnue. Que se passe-t-il donc dans le village de Montesquieu Volvestre qui n’a pas été épargné ces derniers temps par les faits divers.

N’écoutant que sa curiosité et son envie de savoir, notre témoin emboite le pas du convoi, la vitesse et les gyrophares en moins. Lorsqu’il arrive au niveau du garage X… le dispositif gendarmerie s’est déployé. N’écoutant que son courage, notre témoin d’un jour reste à distance.

Mais que s’est-il passé réellement à Montesquieu Volvestre ?

La suite, nous l’apprenons après plusieurs recoupements : Lorsque le témoin appelle la gendarmerie pour signaler des coups de feu dans l’agglomération de Montesquieu Volvestre, il ne retranscrit que ce qu’il entend avec exactitude. Les montesquiviens sont actuellement très sensibles aux problèmes de sécurité vu les deux faits divers qui viennent d ‘avoir lieu dans cette bourgade (voir nos éditions précédentes). Il était loin d’imaginer la suite.

Fort de ce témoignage précis, la gendarmerie, comme elle sait le faire avec le professionnalisme qu’on lui reconnait, met en place un important dispositif d’intervention qu’elle fait converger vers le point où a été signalée la fusillade. Ce qu’allaient découvrir les forces d’intervention déployées allaient les laisser « bouche bée ».

C’est en effet un organisme de formation qui effectuait un exercice au profit de futurs gardes de sécurité privé. Avec beaucoup de légèreté, il avait simplement oublier d’en avertir le responsable de la gendarmerie locale. Une bévue surement, une faute on peut l’imaginer.

Tout est bien qui finit bien et Montesquieu Volvestre a pu retrouver sa quiétude habituelle. La gendarmerie s’est refusée à tout commentaire et on les comprend!