Course poursuite dans les rues de Montesquieu Volvestre et un gendarme tué à Tarascon sur Ariège.

A Montesquieu Volvestre.

C’est vers 5 heures du matin, semble-t-il, qu’une course poursuite s’est engagée dans les rues de Montesquieu Volvestre entre un véhicule de gendarmerie et une voiture qui roulait à très vive allure. Selon nos sources, à un moment donné, le chauffeur de la voiture a fait demi tour et a foncé sur le véhicule de la gendarmerie. Après ce télescopage, le conducteur délinquant a continué sa course folle et a fini par s’empaler contre un mur. Sous le choc, la voiture a commencé à prendre feu. Les gendarmes ont porté secours à son conducteur en l’extrayant de la voiture, lui sauvant ainsi la vie. L’intéressé qui serait défavorablement connu a été évacué par les sapeurs pompiers dans un hôpital toulousain. La gendarmerie et les sapeurs pompiers contactés n’ont pas souhaité communiquer sur cette affaire.

A Tarascon sur Ariège.

Cette première affaire fait suite à celle qui vient de se dérouler à Tarascon-sur-Ariège. En effet, un gendarme a été tué samedi soir sur un contrôle routier dans cette agglomération selon ce qu’a indiqué dimanche à l’AFP la procureure de la République Lisa Bergereau. L’automobiliste, un délinquant connu, a été interpellé et placé en garde à vue. La thèse de l’acte délibéré semble être privilégiée par les enquêteurs.

Les faits se sont produits vers 23 heures 15 dans la nuit de samedi à dimanche. Une patrouille de deux gendarmes rentrait d’intervention quand, constatant le comportement suspect d’un véhicule, elle a tenté de l’intercepter. Les deux gendarmes ont alors suivi le véhicule, lequel a fait demi tour se retrouvant ainsi face à la voiture de gendarmerie. Le major, qui était passager, est sorti du véhicule et a été violemment percuté par le conducteur de la voiture lequel a délibérément foncé sur les représentants des forces de l’ordre. Héliporté à Purpan dans un état désespéré, le major devait décéder à 5 heures du matin. Agé de 55 ans, il était marié et père de deux enfants. Le général Lizurey, directeur de la gendarmerie, devait se rendre à Toulouse et à Tarascon sur Ariège.

Quant au meurtrier présumé, il a été immédiatement interpellé par le collègue du major qui, gardant son sang froid malgré les circonstances, n’a pas fait usage de son arme et a procédé à l’arrestation dans les meilleures conditions. Les renforts arrivés, l’homme a été placé en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Pamiers de même que sa compagne, passagère du véhicule. L’enquête a été confiée à la section de recherches de Toulouse.

Ces deux affaires montrent que l’on n’hésite plus à foncer sur les gendarmes, quitte à les tuer. Une évolution très inquiétante de la violence d’une société qui a perdu ses repères. Il est à noter que dans les deux cas, malgré les circonstances anxiogènes, les deux délinquants ont été interpellés avec un grand professionnalisme et beaucoup de sang froid par des gendarmes qui venaient de subir un fort traumatisme.

Mots-clés :

Articles en relation :

6 réponses

  1. Je suis révolteé contre ces gens qui se retournent contre les gendarmes qui ne font que leur devoir .ces jeunes qui veulent échapper aux contrôles savent pertinament qu’ils sont en fautes et préfèrent tenter le pire pour s’ échapper , jusqu’à tuer. …
    J’espère que la justice sanctionnera ce délit et qu’ il passera sa vie derrière les barreaux à méditer sur ce qu’il à fait et son comportement de lache et que les remords seront là pour lui rappeller son geste …
    La justice pour ce genre de chose est parfois trop laxiste……..et injuste pour celui qui perd un membre de sa famille dans le cadre de son travail..
    Toutes mes sincères condoléences à la famille et les enfants …….

  2. maintenant c’est à la justice de faire son travail. Mais compte tenu du laxisme dont les juges sont coupable il y a peu de chances que la sanction prononcée soit à la hauteur du crime qui a été commis. Les sanctions données ces dernières années pour ce genre de faits ne sont en rien démotivantes pour les délinquants. Ces derniers sont condamnés à des peines bien trop légères, ils sont enfermés (des fois…) dans des prisons trois étoiles et lorsqu’ils en sortent ils sont devenus des icônes pour les camarades des quartiers. Ils faut que la justice soit beaucoup plus sévère et que les prisons soient des prisons dignes de ce nom et non plus des annexes du « club méd ». Il faut que les séjours de nos délinquants et criminels leurs servent de leçons afin qu’ils n’aient pas envie d’y retourner. Les actes de violences contre les forces de l’ordre devraient entraîner des sanctions très importantes et surtout dignes de ce nom.

  3. Est ce en lien avec l’agression de la veille?
    Que ses pourritures soient enfermés à vie..
    Je ne comprends pas le fait de ne pas médiatiser , de la part des services de l’ordre du secteur…
    Ne pas faire de vagues?
    Ou est la solidarité et condamer ouvertement de tous et envers leurs collègue de tarascon?
    Ça me dépasse. ..je me pose beaucoup de questions.

  4. Est ce en lien avec l’agression de la veille?
    Que ses pourritures soient enfermés à vie..
    Je ne comprends pas le fait de ne pas médiatiser , de la part des services de l’ordre du secteur…
    Ne pas faire de vagues?
    Ou est la solidarité et condamer ouvertement de tous et envers leurs collègue de tarascon?
    Ça me dépasse. ..je me pose beaucoup de questions.

    1. Les gendarmes sont astreints au secret professionnel. ils ne peuvent communiquer qu’avec l’aval du Procureur de la République en ce qui concerne les affaires judiciaires. C’est la Loi. Ne pensez pas un seul instant qu’ils ne sont pas solidaires de ce qui arrive à leur camarade de Tarascon.Ils sont, encore plus que les autres citoyens, effondrés.
      Yannick Foucaud
      rédacteur en chef

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S'abonner à la newsletter

Derniers articles

Ne manquez plus un article :