Ouvert depuis 1980, l’ESAT du Ruisselet de Rieux Volvestre avait besoin de s’agrandir, de se moderniser et de faire peau neuve. C’est maintenant chose faite avec la magnifique réalisation d’un nouveau bâtiment aux dernières normes écologiques et une restructuration complète de l’ensemble :

Une vraie réussite qu’ont pu constater les différentes personnalités présentes lors de l’inauguration dont Georges Méric, président du conseil départemental, Monsieur le Sous-Préfet de Muret, Patrick Lemasle député, Marie Caroline Tempesta conseillère régionale représentant Carole Delga, Sébastien Vincini conseiller départemental et Maryse Vezat, maire de Rieux Volvestre et présidente du CCAS de la commune.

Communément appelé le C.A.T. de Rieux par force d’habitude, l’ESAT du Ruisselet (établissement et services d’aide par le travail) est un établissement public qui accueille ou accompagne une soixantaine d’ adultes en situation de handicap physique, mental ou psychique à partir de 18 ans et jusqu’à l’âge de la retraite. Il comporte de plus un foyer d’hébergement et un service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés. L’établissement est géré par le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) de Rieux-Volvestre. Il est dirigé par Maïté Laclergue qui assure les fonctions de directrice.

C’est un service de travail protégé qui propose des activités professionnelles adaptées aux handicapés. Les travailleurs sont répartis dans les ateliers en fonction de leurs souhaits, leur handicap, leurs aptitudes professionnelles, et des besoins de chaque atelier. Ils peuvent choisir la blanchisserie, la confection, la cuisine, la branche cycles, le lavage des voitures, les espaces verts, la maçonnerie, le ménage ou la menuiserie.

Les adultes, en situation de handicap qui y travaillent et qui y vivent, ont trouvé toute leur place au sein de la population en gommant toutes les différences. On ne catégorise pas, on n’exclut pas, on ne montre pas et par la même on ne distingue pas. Il n’ y a que des êtres humains qui partagent un vivre ensemble, tout simplement.

Pour certains d’entre eux, ils permettent le contact avec le public en général et les clients en particulier. De là, naissent des échanges qui enrichissent les hommes et qui permettent de se nourrir de l’autre. “Les hommes construisent trop de mur et pas assez de ponts.” disait Isaac Newton.

C’est durant la visite que les choses ont été les plus pertinentes. Les travailleurs de l’ESAT, chacun à leur poste, ont pris plaisir à montrer leur travail et à l’expliquer. Il y avait cette joie et ce bonheur perceptibles d’échanger avec ceux qui étaient venus les voir pour se rendre compte. Chaque atelier fut un grand moment mais nous ferons simplement deux focus.

L’un sur l’atelier de lavage de voitures qui est un véritable succès. Il faut prendre rendez-vous et attendre parfois jusqu’à 15 jours. Mais l’attente est source de grande satisfaction quant on voit la qualité du travail. Tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, les véhicules retrouvent une seconde jeunesse grâce à un travail très soigné. C’est avec beaucoup d’enthousiasme et d’émotion que les travailleurs de cet atelier ont expliqué ce qui faisait leur quotidien.

L’autre sur le découpage des uniformes pour la société Airbus. En remportant ce marché public, l’ESAT Le Ruisselet a montré tout son savoir faire dans ce domaine de compétence malgré une concurrence rude. A l”aide de machines perfectionnées la qualité du travail fourni par les travailleurs handicapés a été récompensé. Un moment de fierté légitime pour l’ensemble de cet atelier.

Durant toutes les interventions, les responsables politiques et fonctionnels se sont attachés à démontrer, tour à tour, le bien fondé de tels établissements et la qualité des travaux réalisés.

Un moment de partage qui fut consacré par un apéritif dinatoire qui favorisa les échanges. Les sourires étaient de mise.

« Dans toute société, on retrouve des personnes handicapées … mais, ce ne sont pas toujours celles qu’on pense … »