Mardi 18 octobre, le Conseil départemental a décidé d’adhérer à l’Agence de Coopération Interrégionale et Réseau ‘‘Chemins de Saint-Jacques de Compostelle” (ACIR Compostelle).

Cette association, type loi 1901, a pour objectif de mener une coopération territoriale autour des 78 édifices et sections de sentiers des ‘‘Chemins de Saint-Jacques de Compostelle”, répartis dans 95 communes, 32 départements et 10 régions. Elle impulse notamment un plan de gestion en créant des outils communs pour répondre aux exigences de l’UNESCO.

Le soutien à l’activité touristique, pourvoyeuse d’emplois non délocalisables, est un axe fort de la politique économique départementale. Dans cette optique, valoriser les Chemins de Saint-Jacques de Compostelle participe grandement à l’attractivité de la Haute-Garonne.

Le Conseil départemental réalise actuellement le projet de sentier pédestre Via Garona – chemin oublié de Saint-Jacques de Compostelle – en collaboration avec le Comité Départemental de la Randonnée Pédestre et le Comité Départemental du Tourisme, qui sera inauguré en juillet 2017.

“L’accompagnement de l’Agence de Coopération Interrégionale et Réseau ‘‘Chemins de Saint-Jacques de Compostelle” permettra de préserver et de valoriser ce bien UNESCO sur notre territoire. Ce travail favorisera le développement d’un tourisme culturel, basé sur l’itinérance pédestre, équestre ou cycliste, et participera à la transmission des valeurs liées à cet héritage patrimonial” a précisé Georges Méric.

Nous avons joint Maryse Vezat première vice présidente du conseil départemental pour lui demander une première réaction sachant que ce projet fera de sa ville Rieux Volvestre une étape de Saint Jacques de Compostelle.

« « Depuis de nombreuses années, des élu(e)s locaux et des Offices de Tourisme du Comminges et du Volvestre ont recensé en collaboration avec l’ACIR l’extraordinaire richesse du patrimoine jacquaire sur l’axe Garonne. Aujourd’hui où le département a décidé de créer un GR (Grande Randonnée) Toulouse – Saint-Bertrand-de-Comminges, il est important d’exploiter tout le potentiel touristique et culturel de ce tracé, toutes les richesses naturelles, gastronomiques, culturelles,…, dont le patrimoine jacquaire.

 L’objectif est d’atteindre un public de proximité, les randonneurs de l’agglomération toulousaine qui pourront se rendre à pied de Saint-Sernin à Saint-Bertrand-de-Comminges mais également – via la reconnaissance des Chemins de Saint-Jacques – un public plus large (France et Europe) celui notamment des pèlerins qui sont à la recherche de chemins alternatifs aux “grandes autoroutes” de Saint-Jacques. Mais cela suppose sur les territoires des propositions très diverses en matière d’hébergement, de loisirs, de découverte des produits locaux,… Un véritable travail de partenariat est actuellement mené entre le Conseil départemental de la Haute-Garonne, le Comité Départemental du Tourisme de la Haute-Garonne, l’ACIR et les territoires sur ces questions.

 Le cheminement Toulouse – Saint-Bertrand-de-Comminges s’inscrit également dans un axe plus vaste, celui qui relie Conques à Toulouse et permettra de rejoindre le chemin du piémont pyrénéen. » »