Accusée de faux en écriture et usage dans le cadre de ses fonctions syndicales, elle entend démontrer que la plainte déposée à son encontre n’est en rien justifié.

 

Il y a de cela quelques temps (voir les éditions précédentes), nous avions fait état de la plainte déposée par le président du Sivom des plaines et coteaux du Volvestre, Adolphe Ruquet, à l’encontre de la représentante syndicale Sud 31Véronique Sajus pour faux et usage de faux.

Des accusations graves dont il appartient à la Justice d’en vérifier les fondements en établissant si les éléments constitutifs de l’infraction reprochée à madame Véronique Sajus sont bien réunis pour envisager des éventuelles poursuites correctionnelles devant le tribunal.

 

Entre temps, le président du Sivom des plaines et des coteaux du Volvestre soutenu par son conseil communautaire avait annoncé qu’il retirait la plainte déposée auprès du Procureur de la République et ce « dans un soucis d’apaisement ». Malgré ce retrait de plainte, la syndicaliste Véronique Sajus vient d’être convoquée à la gendarmerie de Carbonne pour y être entendue sur les faits qui lui étaient reprochés par le Sivom. Une procédure semble-t-il normale par ailleurs puisque c’est au Procureur de la République qu’appartient le droit de classer une affaire au vu des éléments qui lui sont transmis par le service enquêteur.

 

A son arrivée à la gendarmerie de Carbonne, Véronique Sajus qui exerce les fonctions de secrétaire départementale du syndicat Sud Collectivités était accompagnée par une délégation qui entendait montrer son soutien à la camarade Sajus. C’est le capitaine Campourcy, commandant la communauté des brigades de gendarmerie du Volvestre, qui, avec beaucoup de pédagogie, est allé à la rencontre de cette délégation pour lui faire part de la situation. Durant toute la durée de l’audition, la délégation est restée calmement sur site, banderoles à la main. A sa sortie, accompagnée par son avocate, Véronique Sajus qui a comparu libre  n’a fait aucune déclaration. Le syndicat Sud Collectivités nous a néanmoins priés de communiquer :

 

“Communiqué de presse

Stop à la répression anti-syndicale

Véronique Sajus secrétaire départementale du syndicat SUD Collectivités Territoriales 31 a été convoquée par la gendarmerie de Carbonne, le 4 octobre 2016. Cette convocation a entrainé un rassemblement appelé par l’union syndicale Solidaires avec la présence d’une quarantaine de manifestants devant la gendarmerie.

Cette convocation fait suite à une plainte déposée par M. Ruquet, président du SIVOM de Rieux-Volvestre pour faux et usage de faux.

Mme Sajus a répondu à l’ensemble des questions du gendarme enquêteur. En fait, la plainte de M. Ruquet concerne les conseils donnés à un agent en grande difficulté pour faire requalifier un arrêt de travail ordinaire en accident de travail.

Les faits n’étant en aucun cas avérés, le président du SIVOM devait en avoir conscience, puisqu’il a retiré sa plainte. En fait, il s’agit bien d’un coup de pression que nous ressentons comme la marque d’une profonde hostilité de cet employeur à l’égard du syndicalisme et singulièrement de SUD Collectivités Territoriales.

Nous attendons maintenant sereinement les décisions du Procureur de la République.”

 

Le Procureur de la République classera-t-il l’affaire ou engagera-t-il des poursuites? On devrait avoir la réponse dans quelques semaines.