La sirène de midi a sonné, mais à la différence des autres jours, Montesquieu est devenue silencieuse.

Comme partout en France, une minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat de Nice a eu lieu ce lundi 18 juillet. Devant la mairie, sous les drapeaux en berne, les employés communaux, des conseillers municipaux ainsi que quelques montesquiviens se sont recueillis devant la mairie. Le maire, Patrick Lemasle, excusé pour son absence, a tenu à faire part de sa solidarité  et de son émoi.

Il n’y avait certes pas la foule des grandes villes mais une vive émotion et une réelle douleur étaient perceptibles.

« Les drapeaux en berne, les minutes de silence, cela devient habituel » déclara tristement Sylvie, une vacancière de passage à Montesquieu venue se recueillir. «Pourvu que ce soit la dernière fois ».