Avec l’émergence des plateformes comme Blablacar ou PriceMinster-Rakuten, les internautes sont non seulement des acheteurs, mais aussi des vendeurs de biens et services. Ces derniers ont donc besoin d’outils de paiement adaptés. C’est sur ce marché que se positionne Payname, une start-up toulousaine qui va s’installer très prochainement à Saint Elix le Chateau et qui se voit comme une banque «collaborative».

Concrètement, Payname propose à ses utilisateurs de déposer de l’argent, d’en recevoir ou d’en collecter auprès de plusieurs particuliers. Des services annexes ont également été développés comme le paiement du salaire et la prise en charge des formalités auprès de l’Urssaf pour les particuliers qui emploient une personne à domicile. Autre exemple, la plateforme prévoit aussi l’envoi automatique d’une quittance de loyer après paiement de loyer par un locataire. Deux ans après son lancement, la start-up compte plus de 20 000 utilisateurs réguliers.

5 millions d’euros levés

«Le cobanking représente les produits bancaires à l’échelle collaborative, que l’on retrouve aujourd’hui dans l’assurance, les produits financiers, dans l’épargne. C’est un mouvement de fond», explique à Frenchweb Eric Charpentier, le fondateur. «Il faut convaincre les internautes récalcitrants que lorsqu’ils achètent un produit à un particulier, ils ont le même niveau de garanties et de services».

Pour accélérer, l’entreprise a levé 5 millions d’euros auprès de la MAIF et du groupe la Dépêche du Midi. La société veut accélérer sur les recrutements et développer une véritable banque en ligne.