Une Justice à bout de souffle et un doute qui « plagne » au dessus des têtes.

Monsieur Rouaix , maire de la dorénavante célèbre commune de Plagne (31) avait, rappelons nous, intenter un procès en diffamation à Patrick Mignard pour la publication sur le blog de l’association pour la défense de l’activité paysanne (ADAP), d’un conte médiéval qui parlait d’ogre et de sorcière. Même si le conte imaginaire signé « Merlin l’emmerdeur » ne se situait nullement à Plagne et de surcroit dans un temps très lointain, monsieur Rouaix, premier magistrat de la commune, avait trouvé des similitudes avec une situation bien actuelle le mettant en scène de même que sa famille ! Se sentant offensé, il avait donc déposé plainte contre Merlin alias Patrick Mignard pour diffamation.

Le procès devait avoir lieu le 18 mai 2015 à 14 heures au tribunal de Toulouse, soit il y a tout juste un an. Mais c’était sans compter sur les difficultés qu’éprouvent la Justice a audiencé les affaires. Après 4 reports, le procès devait avoir lieu le 2 mai 2016. Enfin dirions nous ! Et bien ce ne fut pas encore la bonne. L’affaire est de nouveau repoussée à une audience relais le 26 juillet 2016 pour éviter la prescription et l’oubli public. Elle fixera une nouvelle date de procès qui devrait se dérouler en janvier ou février 2017 au mieux ! Plus de deux ans après et 8 reports que restera-t-il de l’ambiance générale qui prévalait alors dans la commune de Plagne ?

Si l ‘on ne commente jamais une décision de justice, on peut toutefois s’interroger sur les réelles difficultés de fonctionnement qu’éprouvent l’Institution Judiciaire. Une démocratie a la nécessité absolue d’avoir une Justice qui fonctionne avec tous les moyens nécessaires et dans la sérénité. C’est toute la chaine judiciaire qui doit être en ordre de marche, de la constatation des infractions à l’application des peines. Si l’une des composantes de cette chaine est défaillante c’est l’ensemble du dispositif qui ne peut plus fonctionner correctement. Est-ce le cas ? Si l’on en croit le syndicat de la magistrature et l’ordre des avocats qui avaient tiré la sonnette d’alarme au mois de mars dernier en citant à comparaitre l’Etat pour non assistance à Justice en danger devant un tribunal d’opinion, on peut légitiment s’interroger.

Dans un communiqué ces deux syndicats avaient précisé à l’époque dans une lettre publique:

« Dans un État de droit, le droit à la Justice n’est réel que si la Justice est dotée de moyens lui permettant de remplir ses missions ».

« Alors que le besoin de justice n’a jamais été aussi grand…le budget de la justice en France demeure l’un des plus faibles d’Europe. »
Alors prenons notre mal en patience et nous ne serons qu’en 2017 au plus tôt si la fiction peut être diffamatoire et si l’humour et la liberté d’expression n’ont pas de mise à Plagne. Alessandro Morandotti disait : «La patience est une vertu qui s’acquiert avec de la patience ». Contacté Patrick Mignard nous répondait en citant non sans humour le poète iranien Hafiz : «Le découragement est beaucoup plus douloureux que la patience »