A l’initiative de Kader Arif, député de Haute-Garonne, une réunion s’est tenue ce matin avec Alain Vidalies, Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, en présence de Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne, Michèle Garrigues, vice-présidente de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, et de Jacques Oberti, président du Sicoval.
Cette réunion avait pour objet d’examiner les solutions alternatives pour le prolongement de la ligne B du métro sur deux stations, afin de réaliser la jonction entre Ramonville-Saint-Agne et la future 3ème ligne de métro au niveau de l’INPT.
Alain Vidalies a partagé avec les élus la nécessité de réaliser ce prolongement sur deux stations, en métro, afin d’éviter les ruptures de charge qu’engendrerait un téléphérique urbain.

La réunion a par ailleurs permis d’élaborer le plan de financement suivant :

Sur un projet estimé à 220 M€, l’Etat confirmerait la subvention de 20,5 M€ prévue pour le projet initial de prolongement, en l’abondant de 15 M€ pour réaliser la jonction en métro.
Le Conseil départemental de la Haute-Garonne porterait sa participation de 60 à 65 M€.
La Région porterait sa participation de 20 à 25 M€.
Le Sicoval confirmerait son financement à hauteur de 30 M€.
En ajoutant les 40 M€ annoncés par Tisséo-SMTC pour réaliser le prolongement de la ligne B en téléphérique, il resterait donc à la charge de Tisséo-SMTC 24,5 millions d’euros sur les 50 initialement constatés pour permettre de faire aboutir ce dossier.

“Je me réjouis de l’engagement fort exprimé par l’Etat sur ce projet, qu’accompagne une mobilisation sans faille et renforcée du Département, de la Région et du Sicoval. Nous venons de franchir une étape importante. Je forme le vœu que la réunion du 21 avril permettra d’aboutir enfin sur ce dossier majeur pour la mobilité et le développement économique de l’agglomération toulousaine et de notre département” a précisé Georges Méric.

Les élus présents et le ministre ont constaté qu’un effort est nécessaire pour solutionner le financement d’un projet dont la pertinence est partagée. La solution envisagée ne laisserait à la charge du SMTC que 25 millions d’euros sur les 50 initialement constatés. Dans cette perspective et afin de vérifier la faisabilité de cette solution, Alain Vidalies proposera au président du SMTC et au président de Toulouse Métropole de les recevoir le jeudi 21 avril 2016 pour partager ce plan de financement.