Arrêté en flagrant délit par les gendarmes après une course poursuite

 

C’est tête haute et sourire aux lèvres que Lucien Castres, 45 ans, est entré dans le box des accusés au tribunal de Saint Gaudens, escorté par trois gardiens. Aucun regret n’était visible sur le visage de ce multi-récidiviste chevronné issu de la communauté des gens du voyage et que rien n’arrête. Ce voleur de grands chemins avait jeté son dévolu sur l’autoroute A64 où il dépouillait des victimes judicieusement choisies. La gendarmerie vient de mettre fin à ces agissements qui semaient la peur dans le Comminges depuis le mois de septembre. Une arrestation qui n’a pas été de tout repos.

Rappel des faits

Depuis de nombreuses semaines, un individu dépouillait des automobilistes qui empruntaient l’autoroute A64. Il agissait dans un périmètre qui allait de Saint Martory à Cazères. Sa manière d’opérer était toujours la même. Il jetait son dévolu sur un véhicule isolé qui le doublait. Il lui lançait un petit projectile pour faire croire à sa future victime qu’un accrochage venait d’avoir lieu. Il l’invitait à se garer par des appels de phare répétés. De bonne foi, les automobilistes s’arrêtaient alors sur la bande d’arrêt d’urgence.

Le piège venait de se refermer. Par une technique très élaborée, cet escroc redoutable persuadé ses interlocuteurs qu’il y avait eu contact entre les deux voitures et qu’ils étaient à l’origine de la destruction de son rétroviseur (réellement hors d’usage). Une force de persuasion hors du commun basée sur le coût élevé de la franchise d’assurance et les ennuis à venir occasionnés par cet incident. Avec parfois un mélange de doute sur la réalité des faits, de la peur vu la stature impressionnante de l’individu, les victimes en puissance acceptaient de payer tout ou partie du rétroviseur cassé. Les sommes récoltées sont allées de 30 euros à 500 euros.

Des plaintes qui s’accumulent et une enquête qui avance vite

Au fil des semaines, de nombreuses plaintes ont été déposées dans différentes gendarmerie du sud toulousain. Devant ce qui était devenu un phénomène, c’est la brigade des recherches de la compagnie de gendarmerie de Muret qui a été chargée de centraliser tous les dossiers. Avec en appui les témoignages recueillis, les différentes investigations effectuées, la manière d’opérer caractéristique et l’appui des fichiers centraux, les fins limiers de ce service gendarmerie spécialisé orientent rapidement leurs enquêtes vers un nommé Lucien Castres âgé de 45 ans issu des gens du voyage. Cet individu très défavorablement connu de services de gendarmerie et police avait agit avec une manière d’opérer similaire dans la région d’Agen où il avait été condamné à trois mois de prison ferme au début de mois de septembre 2015 (peine non effectuée).

Dans un temps concomitant et grâce à une parfaite collaboration entre le service enquêteur et Madame le Procureur de la République de Saint Gaudens, une surveillance est mise en place pour tenter d’intercepter l’individu en flagrant délit. Agissant toujours en fin de matinée, une couverture maximum est effectuée dans ce créneau horaire. Dans un véhicule banalisé les gendarmes de la brigade de recherches commencent leur difficile travail d’attente et de veille. Ils n’auront pas longtemps à attendre. Le jour même de la mise en place du dispositif, le poisson mord à l’hameçon. Comprenant qu’il va être arrêté, Lucien Castres tente le tout pour le tout. Bien que n’ayant plus le permis de conduire suite à une annulation, il roule à folle allure zigzagant dans le flot de circulation et doublant, au prix de mille dangers, en empruntant la bande d’arrêt d’urgence. Un imposant dispositif d’interception est alors mis en place par le Lieutenant Colonel Gojkovic-Lette commandant la compagnie de Muret. Les motards de la gendarmerie du peloton d’autoroute, des militaires du peloton de surveillance et d”intervention de Muret, ceux des communautés de brigades de Carbonne et de Cazères et l’hélicoptère de la gendarmerie sont positionnés pour stopper ce conducteur qui prend tous les risques n’hésitant pas à foncer sur les gendarmes. Lucien Castres sera intercepté sur la nationale entre Carbonne et Muret. Une perquisition effectuée dans son véhicule permettra de découvrir la craie noire qui lui servait à faire les fausses traces de rayures.

Mis en garde à vue dans les locaux de la brigade des recherches de la gendarmerie à Muret, il reconnaitra une quinzaine de faits similaires. Il sera déféré au Parquet pour passer en comparution immédiate.