Une troupe en résidence dans le Volvestre dont on devrait se montrer fier…

En janvier 2016, cela fera 3 ans que la Baro d’Evel Cirk Cie s’est installée dans le Volvestre, en résidence dans l’ancienne cave coopérative de Lavelanet de Comminges. Avoir une telle compagnie implantée sur son territoire ne peut être qu’une fierté tant son talent est immense ; une notoriété qui dépasse les frontière nationales. Il est incontestable et incontesté que Baro d’Evel Cirk Cie a du génie artistique.

L’implantation à la cave coopérative de Lavelanet de Comminges

Accueillir Baro d’Evel Cirk Cie était un plaisir non dissimulé par tous les responsables politiques locaux mais également par tous les spectateurs qui connaissent l’aura de cette compagnie qui est exceptionnelle. La cave coopérative de Lavelanet de Comminges après travaux correspondait parfaitement aux aspirations des artistes : Une salle d’acrobatie adaptée, des salles de travail, un bureau, une salle de vie commune, un appartement, un grand espace de stockage et un grand espace extérieur pour le chevaux, caravanes et chapiteaux.

Alors on chercha des financements publics pour un projet privé, ce lieu n’étant pas une salle de spectacle accessible à tous. C’est donc le Sivom de Rieux Volvestre propriétaire des lieux qui entreprit les travaux. Le projet eut un cout final de 435 000 euros. Le conseil général octroya 80 000 euros de subventions et le conseil régional 50 000 euros. Selon nos sources, le Sivom dut emprunter 180 000 euros pour mener à bien cet immense chantier et il manqua à la fin 33 000 euros, quelques exigences supplémentaires à satisfaire pour faire plaisir au futur locataire. En contre partie financière, la compagnie Baro d’Evel n’indemnise le Sivom que de la modique somme de 300 euros par mois. Visiblement un cadeau pour avoir la fierté d’avoir à résidence cette extraordinaire compagnie. Le Sivom des plaines et coteaux du Volvestre (Rieux) perçoit donc un loyer annuel de 3600 euros alors qu’il rembourse 15000 euros environ, loyer déduit. La culture n’a pas de prix.

Des contre parties purement artistiques

En échange de ce lourd investissement payé par l’impôt (Région , département, Sivom), les exigences demandées à Baro d’Evel Cirk Cie étaient sans nul doute modestes. Il leur était demandé, outre un loyer dérisoire, de soutenir la politique culturelle et pédagogique du Sivom. Une convention que nous n’avons pas pu nous procurer aurait été même signée en ce sens et qui engageait d’une manière formelle la compagnie. En clair, les élus locaux mais aussi tous les contribuables amoureux de l’Art auraient aimé qu’une fois par an par exemple ou au moins une fois en trois ans, les portes de ce temple de la culture s’ouvrent pour accueillir les autochtones en guise de remerciements de l’investissement effectué. Donner une représentation gratuite pour les habitants de Lavelanet de Comminges ou plus largement pour ceux du Volvestre par exemple ou recevoir les enfants des écoles auraient été un geste tellement appréciés pour montrer la reconnaissance envers ceux qui avaient cru en ce projet de résidence. Comment être fier de quelque chose qu’on ne voit pas, comment être fier de quelque chose dont on ne connait même pas l’existence.

Et que le spectacle continue

N’en doutons pas, les artistes du Baro d’Evel n’ont pas oublier leurs engagements. Pris par un succès toujours grandissant et des emplois du temps très chargés, on n’oublie vite. Peut être n’ont-ils pas encore su se poser pour remercier les habitants du Volvestre. En ces périodes de fêtes et de cadeaux, gageons qu’ils auront à cœur de tendre la main pour partager avec tous ceux qui restent des admirateurs malgré tout.

Que le spectacle continue….