C’est à l’occasion de la sortie de son nouveau CD « Gao », retardée pour cause du Covid 19, que nous avons rencontré Eric Fraj à son domicile à Carbonne. Cet ancien professeur agrégé  d’espagnol et de philosophie est un auteur compositeur qui chante depuis 1971. Du théâtre Dejazet à Paris au Palau de la Musica de Barcelone en passant par Göttingen, Casablanca ou Toulouse, il s’est produit sur de nombreuses scènes en France comme à l’étranger.

Avec cette voix tour à tour grave, suave et subtile dans ses expressions, Eric Fraj nous conte la vie, sa vie qui l’a conduite dans son enfance au Mali, dans cette ville de Gao, aujourd’hui en proie à la terreur de la folie des hommes qui tuent au nom d’un Dieu.

Porté par des mélodies élaborées, aux résonances tantôt hispaniques tantôt africaines, Eric Fraj chante ses mémoires de jeunesse venus de cette Afrique si belle, si vraie, subjective et onirique. Avec cette horloge qui avance inexorablement, une nécessité de fixer ses souvenirs s’est imposée avant qu’ils ne disparaissent. Une manière de rendre hommage à ce peuple qui conjugue les mots partage et amour à tous les temps et à tous les modes.

Des accords de guitare enjoués nous offrent cette joie de vivre et des percussions africaines nous font vibrer le corps qui ne demande qu’à bouger. On est transporté dans ce monde d’ Eric Fraj où les mots ont un vrai sens, ce sens qui nous décrit la vie de contemporains, très différente de la notre. On est tour à tour confronté à cette réfugiée qui meurt noyée en Méditerranée, à l’infini combat de la personne noire qui lutte pour sa liberté et sa dignité, dont l’actualité nous rappelle qu’il est permanent. Et que dire de l’hommage rendu à ces pécheurs sur le Niger et à ses compagnons de jeu d’une enfance heureuse vécue à Gao.

Des chansons interprétées en occitan, espagnol ou catalan et exceptionnellement en français (traduction des paroles dans la pochette). Ce choix donne une musicalité particulière aux textes qui se fondent littéralement dans une musique arrangée de main de maitre par Michel Josserand . Dans ce plat alléchant il suffit de rajouter le talent des musiciens que sont : Jean-Luc Amestoy (accordéon), Serge Lopez (guitare), Mingo (piano), Gert Kilian (percussions africaines), Clairveau Ramsamy (basse), Emmanuelle Oppeel (violoncelle), Laurent Guitton (tuba), Morgan Astruc (guitare), Hervé Chiquet (percussions), Jean-Paul Raffit (guitare électrique) – Edition Tròba Vox,

Eric Fraj : « Nous avons voulu que toute la matière sonore de ce CD exprime la pluralité de la vie et la vision du monde que nous faisons nôtre avec Miquel Torga : « L’universel, c’est le local moins les murs » …

18 chansons à consommer sans modération. Un CD dans lequel on perçoit toute la maturité de l’artiste et la richesse d’un parcours de vie. Certainement le meilleur de sa nombreuse discographie.

Eric Fraj et Guillaume Lopez seront en concert le jeudi 11 juin à 19 heures au musée du Campanaire à L’isle en Jourdain  contact@lecamom.com

Eric Fraj et Guillaume Lopez seront en concert le vendredi 12 juin 2020 à 19 heures 30 à la cave poésie à 71 rue du Taur à Toulouse

05 61 23 62 00

 http://www.cave-poesie.com/guillaume-lopez-se-deconfine-en-duos/

Pour écouter et télécharger le dernier CD intitulé “GAO” :

https://www.qobuz.com/ch-fr/album/gao-eric-fraj/d0711moygm0qa

Pour acheter le cd directement à l’éditeur : troba.vox@wanadoo.fr

Le lien vers la chaîne YouTube :

https://www.youtube.com/channel/UCprFc5iWVhJoHbViXZuEG6w

Pour aller sur le site du label producteur de mon nouveau CD “Gao” :

Le lien pour la page Facebook :

www.ericfraj.com

Un cadeau pour les lecturs de Petite République.com