Billet d’humeur de Dominique :

Deux gilets jaunes étaient convoquées au Palais de Justice de Saint-Gaudens le 6 mai 2019. Elles étaient présentes sur un Rond-point lors d’une action de visibilisation de leurs revendications.

Une quarantaines de personnes étaient présentes ce jour là pour exprimer leur solidarité. Ce procès vient se rajouter à la longue liste  d’autres procédures du même ordre en cours dans l’Hexagone. La méthode est certes moins choquante que celle de l’usage des LBD, la stratégie plus soft consistant à décourager les protestataires par l’artifice de la tracasserie juridique, des contraventions, des peines avec sursis, une façon politique de mettre la poussière sous le tapis.

Fi des fins de mois difficiles, de l’augmentation désespérante du coût de l’alimentation pour les petits revenus, celui des déplacements, d’une mise à l’épreuve sans précédent des forces de l’ordre comme celle des manifestants et vice et versa depuis bientôt six mois. Les sanctions pour nos deux contrevenants furent des pénalités financières avec sursis, qu’on se le dise, exprimer ses revendications sans passer par le canal des représentants institutionnels, les institutions, les syndicats, les élus, les associations, c’est commettre une infraction, une faute au plan juridique.

Est-ce que notre gouvernance, les institutions sauront redonner la confiance nécessaire à la population, au retour de cette légèreté que donnait la vision du progrès social, l’espérance d’un autre choix que celui de fin du mois ou la fin du Monde ?