Lors de la dernière séance du conseil municipal à Aspet, des commerçants, des particuliers, Alain Roques Président de l’ACAPLA (Associations des commerçants, artisans et professions libérales d’Aspet), Annick Alluson, vice-présidente et Jean-Claude Sens qui soutient l’association ont tenu à être présents. Ils souhaitaient exprimer leur mécontentement sur le stationnement et la circulation automobile place de la République.

Les faits :

La place de la République à Aspet a fait l’objet d’un projet inclus dans le réaménagement de la place du Carré de la République. Cette place du Carré de la République, nous le rappelons a été entièrement crée à Aspet suite à l’effondrement d’habitations. La municipalité a su transformer une catastrophe en un lieu bien agréable et qui agrandit considérablement le centre bourg. Le dossier a été très lourd, très long à gérer pour la commune.

Ce que reprochent les commerçants, les artisans, les professions libérales :

En réaménageant la place de la République il a été procédé à la suppression de places de stationnement et au rétrécissement de la voie de circulation. Les clients potentiels ne peuvent plus s’arrêter pour acheter vite fait, le journal, le paquet de cigarettes, les médicaments …

Quant au rétrécissement des voies, il rend périlleux l’entrée et la sortie de certains magasins en la quasi absence de trottoirs et génère des encombrements quand des véhicules gros gabarits veulent se croiser.

Ce que propose l’ACAPLA :

– L’étude de plusieurs points de stationnement minuté pour favoriser le stationnement de très courte durée (enlever les jardinières devant le Casino, les barrières en face de la pharmacie… L’étude d’un sens unique les jours de marché rue Gambetta et rues des Fossés. Passages cloutés bien en face du Carré de la République.

– L’élargissement de la voie de circulation en reculant les barrières.

 

Le conseil municipal terminé Jean Claude Sens a demandé : « Je souhaite que soit abordé le sujet de réaménagement de la place au prochain conseil municipal du 29 avril. Vous avez reçu une pétition qui a récolté 800 signatures, nous avons fait diverses actions pour vous interpeller et vous devez en tenir compte. »