Le vélodrome de Muret sera donc quand même réduit, et ce malgré oppositions et signatures de pétitions. Bien sûr, l’accès à l’école Elida Hugon était problématique mais aurait-on pu, ou voulu, trouver une autre solution ?

Tout est parti d’une demande de parents d’élèves qui trouvaient que leurs enfants pouvaient courir un danger au milieu de leurs propres voitures lors des déposes du matin et du soir. La mairie a réfléchi au problème et a proposé d’ouvrir une nouvelle voie qui rejoindrait l’impasse Saint-Antoine en créant une circulation à sens unique. Cette solution impliquait, hélas, la suppression de quasiment la moitié de la piste du vélodrome (Voir image de la première esquisse)!

Les résidents du quartier s’en sont émus et ont commencé à faire connaître le projet. Leur pétition lancée sur FaceBook a recueilli 1025 signatures. Il faut savoir que cette piste, unique dans le département, a été créée en 1970 et que des clubs cyclistes, certes pas de Muret, viennent s’y entraîner.

Il y a donc eu, le 2 avril, une réunion publique organisée pour présenter l’avancement du projet. Comme l’on peut voir sur les deux vues intitulées « Projet retravaillé 1 » et « Projet retravaillé 2 », le vélodrome sera un peu moins amputé, mais le principe est inchangé. Il sera donc raccourci de 20 mètres linéaires. C’est ainsi que lors du conseil municipal du 4 avril, un point à l’ordre du jour était intitulé :

« Projet d’aménagement des abords du groupe scolaire Elida Hugon » sans citer le vélodrome.

Lors des échanges entre monsieur le maire et l’opposition, il n’a pas été prononcé le mot « Vélodrome » en 10 minutes. Avant le vote, Annie Salvador, l’adjointe déléguée à la préservation du patrimoine naturel, est intervenue pour défendre le vélodrome et a demandé le report de la délibération afin d’avoir les chiffrages de prix et d’impact avec les plans dimensionnels de ces travaux envisagés. C’est une fin de non-recevoir qui fut annoncée.

Lors du vote, un adjoint a voté CONTRE et il y eut 7 abstentions, dont 3 venant de 2 adjoints et d’un conseiller de la majorité. En espérant que cette divergence de vue n’impacte pas le fonctionnement de l’équipe municipale dans la dernière année d’exercice.