A l’occasion de l’inauguration du nouveau restaurant de la Résidence EDENIS, l’EHPAD Marie-Antoinette organise un vernissage artistique le Jeudi 14 Mars à partir de 18h30. Ils auront l’honneur d’accueillir 23 artistes de renommée dans la région (peintres, sculpteurs et photographes) suivi d’une soirée qui sera animée par le groupe Vintage Jazz in pop Jane For Tea.

Parmi les peintres, seront présentés Sylvie ABADIE BASTIDE. Les portraits de Sylvie sont une Ode à la femme. Ils fascinent et bouleversent. Par sa technique et son interprétation elle réussit à nous transmettre les expressions de ces femmes qui allient puissance et douceur. Claire ALLARD, vous découvrirez ses créations, ses DUOS de peinture : peinture à l’huile d’une part, et pastel gras et encre d’autre part. Ses tableaux hauts en couleur, exposés en miroir, résonnent de son désir de chanter la vie et de nous transmettre que « Ah ! L’Art ! Comme ça fait du bien ! ».

Martine COSTE, l‘impalpable, faire battre le cœur, chercher l’essentiel d’une émotion. Retenir son souffle à coup de brosses. La peinture n’est qu’un souffle de vie si précieux. Jean Luc LOPEZ, peinture du mouvement et de la couleur pure pour une expression libre ou encore Myriam Maury-Mori, artiste semi-figuratif qui s’attache avant tout à créer une ambiance avec couleur et lumière et dont le travail de la transparence reflète le charme de la fragilité dans une ambiance parfois onirique.

Les trois sculpteurs sont José ALMANSA (Ses œuvres sont créées à partir de bois et de métal, souvent monochromes, dans lesquelles s’exprime une poétique de la forme.) Cathy LARROQUE SOUSSAN (Les matériaux composant ses œuvres trahissent le dérisoire de l’existence. Dérisoire ou moins pesamment, dissonance, venant mettre à mal toute prétention au sérieux, toute emphase, contre valeurs absolues de l’artiste. Autant de couacs dans l’ordre des choses, d’ironies essentielles.) MYR recherche l’équilibre des formes, matières, textures ou couleurs. Les détails gravés embellissent les courbes. Ces lignes sinueuses, fluides et épurées suggèrent la grâce du corps féminin. C’est une affaire d’allure, de silhouette, une ode à la femme et à son élégance.

Les deux photographes sont Pierre BOILLON (L’eau est un sujet inépuisable, tant sa symbolique est forte. Il l’a abordé de deux manières, d’abord en noir et blanc avec des macros-photographies sur d’infimes détails, puis en couleur avec l’évolution de colorants se diffusant dans l’eau. Bien que les images soient abstraites il s’agit bien de photographies déclenchées à un moment T sans manipulations à l’ordinateur.). Quant à Alain Malvy, il a connu son premier déclic au Maroc dans les années 70. Depuis il n’a cessé de saisir des instants de la vie quotidienne au cours de voyages dans le monde. Il est resté fidèle au noir et blanc argentique et il fait tous ses travaux ainsi.