Les commémorations de l’armistice à Carbonne : Une vrai saga!

Pour ce centenaire exceptionnel, la municipalité de Carbonne et de nombreuses associations se sont mobilisées pour que cet armistice de 1918 soit à la fois digne et festif.

Tout a débuté le vendredi 24 octobre par la conférence de Georges Labouysse « Les conséquences de la guerre 14-18 et du traité de Versailles », organisé par la Petite Université Populaire En Volvestre, une soirée qui eut un franc succès.

Durant la semaine précédant le 11 novembre Ciné Carbonne, assurait des séances pour les élèves du primaire et du collège avec la projection de Charlot soldat » et « Adama ». Le vendredi, initié par le service culturel de la ville, la compagnie « Autres mots » lisait des textes écrits par des auteurs Anglais, Allemands et Français, à la médiathèque.

La galerie municipale recevait une exposition « D’une guerre à l’autre », exposition d’affiches provenant des archives de l’Office National des Anciens combattants et mises en valeur par l’association « Histoire et traditions Carbonnaises ». C’est le 10 novembre en fin d’après-midi qu’avait lieu le vernissage. Bernard Bros, maire de la ville et son conseil municipal, recevaientt les maires et représentants des villes jumelles de la cité : Marc Venten, Bourgmestre de Korschenbroich (Allemagne), Mick Hargaden, représentant la ville galloise de Monmouth et son maire Jane Gunter et Galdino Tiniolo, représentant Stéphano Bonaldo, maire de Galliera Véneta. Tour à tour ces personnalités prenaient la parole pour rappeler les horreurs de cette tragédie que fut l’embrasement de l’Europe durant la Grande Guerre. Bernard Bros déclarait : « Depuis 2016, nous avons chaque année parlé de la douleur et des désastres, aujourd’hui nous nous retrouvons pour célébrer la paix entre nos peuples avec nos amis. C’est par le jumelage de nos villes que nous avons pu nous rencontrer, nous connaitre et souder des relations très fortes d’amitié ». Puis il offrait à ses invités un écusson de Carbonne en céramique, réalisé par Denise et Annie, membres de l’Atelier Terre, avant de partager le verre de l’amitié aux personnes présentes.

Samedi soir, « Soirée de l’armistice » au centre socioculturel du bois de Castres. Les enfants des écoles primaires ouvraient la soirée par des chants. Ils furent très applaudis par les spectateurs venus en nombre. Puis Marc Maurel et Marion Denimal-Cubero, accompagnés au piano par Frédéric Martin interprétaient quelques chansons de l’époque entrecoupées par des textes dits par des élèves du collège Abbal. Un bal clôturait la soirée.

Venait le 11 novembre. La municipalité avait souhaité un grand rassemblement au monument aux morts. La participation citoyenne fut au-delà de toute espérance : ce sont entre 800 et 1000 personnes qui entouraient le monument de la place de la République. Les maires ou leurs représentants ont tenu à rappeler les souffrances qu’ont pu endurer les peuples durant ce conflit. Mais tous en sont arrivés à la conclusion que ce sont les peuples qui, par leurs rencontres, la compréhension de l’autre, que les guerres, encore trop nombreuses, peuvent être évitées. Après le recueillement, les enfants des écoles carbonnaises, accompagnés par l’orchestre des jeunes de l’école de musique ont chanté tous les couplets de la Marseillaise ainsi qu’une chanson « Liberté, Egalité, Fraternité » composée avec leurs enseignants.

Bernard Bros lisait le message du Président de la République : « …nous voilà rassemblés pour commémorer la Victoire mais aussi la Paix… réunis devant nos monuments aux morts pour rendre hommage et dire notre reconnaissance à tous ceux qui nous ont défendu hier mais aussi à ceux qui nous défendent aujourd’hui… ». Avant de rajouter : « La présence à nos côtés des municipalités de Korschenbroich, Monmouth et Galliera Véneta pour commémorer la fin de la guerre traduit notre volonté commune de défendre la paix dans une Europe unie par l’amitié de nos peuples : qu’ils en soient remerciés ».

Il passait la parole à Marc Venten, maire de kotrschenbroich qui s’exprimait en français et qui après avoir condamnées les souffrances occasionnées par ces guerres, il rappelait les bienfaits de la réconciliation Franco-Allemande et le désir commun d’amitié et de fraternité entre les peuples européens.

Micke Hargaden, au mon de la municipalité galloise, rappelait que si le maire de Monmouth n’était pas présent, c’est que chez eux aussi des manifestations équivalentes aux nôtres avaient lieu en même temps. Puis il récitait et traduisait un poème d’un auteur contemporain vivant non loin de Monmouth relatant les horreur de la guerre.

A son tour Galdino Toniolo prenait le micro : « … Nous vivons des temps difficiles où l’horizon est souvent empli de nuages noirs qui nous empêchent de regarder avec confiance à l’avenir… Je vous remercie, pour cette journée extraordinaire. Etre ici aujourd’hui, c’est un envoi aux gouvernants de l’Europe. Il nous faut être de plus en plus unis et engagés des réformes pour que la Paix et le Progrès de la culture soient un phare éclairant pour tous nous ».

Une dernière animation aura lieu le 17 novembre à la salle de cinéma du centre socioculturel où la troupe du « Théâtre de l’Echappée Belle » interprétera « Il est des loups de toute sorte ».